27/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika inhumé dans le cimetière d’Al Alia

Bouteflika enterrement

AFP- L’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika est inhumé, ce dimanche, au carré des martyrs du cimetière d’El Alia à Alger, réservé aux héros de la guerre d’indépendance, mais il aura droit à moins d’honneurs que ses prédécesseurs.

après 20 ans à la tête de l’Algérie, Abdelaziz Bouteflika s’est éteint vendredi à l’âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée à Zeralda (ouest d’Alger). La cérémonie a débuté dimanche midi, en présence de son successeur Abdelmadjid Tebboune et d’autres personnalités.

L’exposition de la dépouille annulée
L’exposition de sa dépouille au Palais du peuple à Alger, annoncée initialement, a été annulée, selon des sources concordantes. Pourtant, ce bâtiment d’apparat avait fait l’objet de préparatifs pour un tel recueillement en présence de hauts dignitaires du pays. Les corps des prédécesseurs de Bouteflika et même son ex-chef d’état-major Ahmed Gaïd Salah ont tous été exposés dans ce Palais avant d’être enterrés.

Ce sera « un cortège funèbre officiel avec un déploiement protocolaire et sécuritaire » d’usage et « la dépouille mortelle de l’ancien chef d’Etat sera portée par un char militaire », a précisé la radio. Le président Abdelmadjid Tebboune, les membres du gouvernement et des diplomates étrangers seront présents au cimetière. Ensuite, Abdelaziz Bouteflika sera enterré au carré des Martyrs où reposent ses prédécesseurs, aux côtés des figures de la guerre d’indépendance (1954-1962). Selon des journalistes, le cortège funèbre a parcouru une trentaine de kilomètres entre la région de Zeralda, dans l’ouest d’Alger, où vivait l’ex-président et le cimetière.

Craintes de manifestation
Au terme de plusieurs heures de flottement sans réaction officielle au décès de l’ex-président, le président Abdelmadjid Tebboune, qui fut Premier ministre sous Bouteflika, a décrété la mise en berne du drapeau national « pendant trois jours », pour honorer « le moudjahid (combattant de l’indépendance) Abdelaziz Bouteflika ». Ces atermoiements illustrent, selon les observateurs, des craintes de manifestations hostiles contre un ex-président à l’image ternie.

« J’imagine que les décideurs sont nerveux car il y a énormément de haine autour de la figure de Bouteflika sur les réseaux sociaux », explique Isabelle Werenfels, chercheuse suisse spécialiste du Maghreb à l’institut allemand SWP. « Ils ne savent pas trop quoi faire puisque parmi les élites politiques, économiques et administratives, il y a un nombre assez important de personnes qui sont des produits ou des profiteurs de l’ère Bouteflika », ajoute-t-elle. Selon la professeure, les dirigeants actuels « cherchent à se démarquer de lui mais ils ne peuvent, ou ne veulent pas non plus le passer aux oubliettes de l’histoire ».

Funérailles solennelles et deuil national
Les anciens chefs d’Etat ont été enterrés avec les plus grands honneurs à l’instar du premier président de l’Algérie indépendante Ahmed Ben Bella (1963-1965) qui eut droit à des funérailles solennelles en avril 2012. Bouteflika, qui avait alors décrété un deuil national de huit jours, avait personnellement accompagné le cercueil du Palais du peuple jusqu’au cimetière d’El Alia, en présence de toute la classe politique et de hauts dirigeants du Maghreb.

Le décès du troisième président d’Algérie (de 1979 à 1992), Chadli Bendjedid, à l’origine d’une démocratisation des institutions, avait également été suivi d’obsèques nationales et d’un deuil de huit jours, en 2012. Signe de l’embarras des autorités, les médias officiels ont évoqué par des brèves le décès du président déchu. Et la télévision d’Etat a attendu 24 heures pour mentionner dans son journal les grandes étapes d’un parcours politique de près de 60 ans, sans s’y attarder outre mesure.