27/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’ex président Bouteflika sera inhumé dans le carré des martyrs à El Alia

Bouteflika

AFP- L’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, décédé vendredi, sera inhumé dimanche au carré des martyrs du cimetière d’El Alia à Alger, réservé aux héros de la guerre d’indépendance, mais il n’aura pas droit aux mêmes honneurs que ses prédécesseurs.

M. Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après 20 ans à la tête de l’Algérie, s’est éteint vendredi à l’âge de 84 ans dans sa résidence médicalisée à Zeralda (ouest d’Alger) où il vivait reclus depuis deux ans et demi. Il doit être inhumé après la prière du Dohr (après 13H00 locales, 12H00 GMT), selon la télévision d’Etat.

Sa dépouille sera exposée auparavant au Palais du peuple, bâtiment d’apparat du centre d’Alger, pour permettre à de hauts dignitaires et aux citoyens de lui rendre un ultime hommage, avant de prendre le chemin du cimetière d’El Alia, à une dizaine de km de là, selon plusieurs médias locaux.

C’est au carré des martyrs de ce cimetière que reposent tous ses prédécesseurs, aux côtés des grandes figures et martyrs de la guerre d’indépendance (1954-1962).

Depuis l’annonce de son décès, qui a suscité des réactions embarrassées des autorités, l’incertitude planait sur le lieu où allait être enterré M. Bouteflika et sur l’organisation de ses funérailles.

Affaibli et aphasique après un AVC subi en 2013, M. Bouteflika avait été contraint à la démission le 2 avril 2019, après près de deux mois de manifestations massives du mouvement pro-démocratie Hirak contre son intention de briguer un cinquième mandat consécutif.

Au terme de plusieurs heures de flottement sans réaction officielle, le président Abdelmadjid Tebboune, qui fut Premier ministre sous Bouteflika, a décrété samedi midi, dans un communiqué, la mise en berne du drapeau national « pendant trois jours », pour honorer « l’ancien président, le moudjahid (combattant de l’indépendance, ndlr) Abdelaziz Bouteflika ».

– Atermoiements –

Les anciens chefs d’Etat décédés auparavant avaient été enterrés avec les plus grands honneurs à l’instar du premier président de l’Algérie indépendante Ahmed Ben Bella (1963-1965) qui eut droit à des funérailles solennelles après son décès en avril 2012.

M. Bouteflika, qui avait alors décrété un deuil national de huit jours, avait personnellement accompagné le cercueil du palais du peuple, où la dépouille avait été exposée, jusqu’au cimetière d’El Alia, en présence de toute la classe politique et des hauts dirigeants du Maghreb.

Le troisième président d’Algérie (de 1979 à 1992), Chadli Bendjedid, à l’origine de la démocratisation des institutions, avait également été enterré avec tous les honneurs en octobre 2012 et un deuil national de huit jours fut aussi décrété après son décès.

Signe de l’embarras des autorités, les médias officiels n’ont évoqué que par des brèves le décès du président déchu, sans lui consacrer d’émissions spéciales, contrairement à ses prédécesseurs.

Ce n’est que samedi soir que la télévision d’Etat a évoqué, quoique brièvement, dans son journal télévisé les principales étapes du parcours politique de près de 60 ans de l’ex-président.

Les atermoiements autour de l’organisation des obsèques illustrent aussi, selon des observateurs, des craintes de manifestations hostiles contre un président à l’image ternie.

Le frère de M. Bouteflika, Saïd, actuellement en prison pour des accusations de corruption, a été autorisé à assister aux funérailles, selon son avocat, Me Salim Hadjouti.

En dépit d’un bilan controversé, « à plus d’un titre, Abdelaziz Bouteflika, chef de la diplomatie pendant 14 ans, président pendant 20 ans, a marqué l’histoire du pays depuis l’indépendance nationale », estime le politologue Mansour Kedidir, jugeant aussi que comme les autres présidents défunts, « il mérite du respect et un certain égard ».