15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

La loi iranienne sur le hijab à l’étude

iran womens

AFP- Le parlement et le pouvoir judiciaire iraniens sont en train de revoir une loi qui oblige les femmes à se couvrir la tête et qui a déclenché plus de deux mois de manifestations meurtrières, a déclaré le procureur général.

Les manifestations ont commencé après que Mahsa Amini, une Iranienne d’origine kurde de 22 ans, est décédée en détention le 16 septembre après son arrestation par la police des mœurs iranienne pour une violation présumée du code vestimentaire.

Les manifestants ont brûlé leurs couvre-chefs et crié des slogans antigouvernementaux. Depuis la mort d’Amini, un nombre croissant de femmes n’observent pas le hijab, en particulier dans le nord à la mode de Téhéran.

Le foulard hijab est devenu obligatoire pour toutes les femmes en Iran en avril 1983, quatre ans après la révolution de 1979 qui a renversé la monarchie soutenue par les États-Unis.

« Le parlement et le pouvoir judiciaire travaillent (sur la question) », de savoir si la loi doit être modifiée, a déclaré Mohammad Jafar Montazeri dans la ville sainte de Qom.

Cité vendredi par l’agence de presse ISNA, il n’a pas précisé ce qui pourrait être modifié dans la loi.

L’équipe d’examen a rencontré mercredi la commission culturelle du Parlement « et verra les résultats dans une semaine ou deux », a déclaré le procureur général.

Le président Ebrahim Raisi a déclaré samedi que les fondements républicains et islamiques de l’Iran étaient constitutionnellement enracinés.

« Mais il existe des méthodes de mise en œuvre de la constitution qui peuvent être flexibles », a-t-il déclaré dans des commentaires télévisés.

– Des centaines de morts –
Après que la loi sur le hijab soit devenue obligatoire, avec l’évolution des normes vestimentaires, il est devenu courant de voir des femmes portant des jeans serrés et des foulards amples et colorés.

Mais en juillet de cette année, Raisi, un ultra-conservateur, a appelé à la mobilisation de « toutes les institutions de l’État pour faire appliquer la loi sur le foulard ».

Cependant, de nombreuses femmes ont continué à contourner les règles.

L’Iran accuse son ennemi juré les États-Unis et ses alliés, dont la Grande-Bretagne, Israël et des groupes kurdes basés à l’extérieur du pays, de fomenter la violence de rue que le gouvernement appelle des « émeutes ».

Un général du Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran cette semaine, pour la première fois, a déclaré que plus de 300 personnes avaient perdu la vie dans les troubles depuis la mort d’Amini.

Le plus haut organe de sécurité iranien, le Conseil suprême de la sécurité nationale, a déclaré samedi que le nombre de personnes tuées lors des manifestations « dépasse 200 ».

Cité par l’agence de presse officielle IRNA, il a indiqué que ce chiffre comprenait des agents de sécurité, des civils, des séparatistes armés et des « émeutiers ».

L’organisation non gouvernementale Iran Human Rights, basée à Oslo, a déclaré mardi qu’au moins 448 personnes avaient été « tuées par les forces de sécurité lors des manifestations en cours dans tout le pays ».

Le chef des droits de l’ONU, Volker Turk, a déclaré la semaine dernière que 14 000 personnes, dont des enfants, avaient été arrêtées lors de la répression de la manifestation.