Trump classe les gardiens de la Révolution iranienne “organisation terroriste”

Partagez cet article

(Reuters) – Le Conseil suprême de sécurité iranien a désigné lundi les forces militaires américaines comme organisation terroriste, annonce la télévision publique iranienne.

Cette annonce intervient en riposte à la décision de Donald Trump de classer le Corps des gardiens de la Révolution sur la liste américaine des organisations étrangères terroristes.

Les Etats-Unis ont décidé d’inscrire les gardiens de la Révolution islamique, une composante de l’armée iranienne, sur leur liste des organisations étrangères terroristes, a annoncé lundi le président Donald Trump.

En réaction, le Conseil suprême de sécurité iranien a désigné les forces militaires américaines comme organisation terroriste, a rapporté la télévision publique iranienne.

La décision américaine prendra effet dans une semaine, a précisé lors d’une conférence de presse le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, partisan d’une ligne dure envers l’Iran.

Le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) “est le principal moyen utilisé par le gouvernement iranien pour conduire et mettre en oeuvre sa campagne terroriste mondiale”, a déclaré Donald Trump dans un communiqué.

“Si on fait affaire avec le CGRI, on finance le terrorisme”, a averti le président américain.

C’est la première fois que Washington qualifie officiellement d’organisation terroriste une composante d’une armée étrangère.

La télévision publique iranienne a affirmé que la décision américaine était illégale et contraire au droit international.

“Aucun pays n’a le droit de qualifier de terroristes les forces armées d’un autre pays (…) L’influence de l’Iran au Moyen-Orient et ses succès dans la lutte contre l’Etat islamique sont les raisons derrière cette décision (américaine)”, a affirmé la télévision.

Sur Twitter, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a dénoncé dans l’initiative américaine “un (autre) cadeau mal avisé fait à Netanyahu à la veille des élections” israéliennes et “une (autre) dangereuse mésaventure des Etats-Unis dans la région”.

Donner votre avis