15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Des pirates informatiques pénètrent dans l’agence iranienne de l’énergie atomique, les protestations persistent

piratage informatique

DUBAÏ, Émirats arabes unis (AP) – L’agence iranienne de l’énergie atomique a allégué dimanche que des pirates informatiques agissant au nom d’un pays étranger non identifié ont pénétré par effraction dans le réseau d’une filiale et avaient librement accès à son système de messagerie.

Un groupe de piratage anonyme a revendiqué l’attaque contre l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, exigeant que Téhéran libère les prisonniers politiques arrêtés lors des récentes manifestations nationales. Le groupe a déclaré avoir divulgué 50 gigaoctets de courriels internes, de contrats et de plans de construction liés à la centrale nucléaire iranienne de Bushehr soutenue par la Russie. Il n’était pas clair si le système piraté contenait du matériel classifié.

Le piratage intervient alors que l’Iran continue de faire face à des troubles à l’échelle nationale, déclenchés pour la première fois par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une femme de 22 ans en garde à vue pour n’avoir prétendument pas respecté le code vestimentaire islamique strict du pays. Dimanche, la principale association d’enseignants iraniens a rapporté que des sit-in avaient annulé des cours dans plusieurs écoles à travers le pays pour protester contre la répression du gouvernement contre les manifestants étudiants.

Les manifestations se sont d’abord concentrées sur le hijab, ou foulard, imposé par l’État iranien pour les femmes, mais sont rapidement devenues l’un des défis les plus sérieux pour les religieux au pouvoir du pays. Les manifestants se sont affrontés avec la police et ont même appelé à la chute de la République islamique elle-même. Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations, tuant plus de 200 personnes, selon les estimations des groupes de défense des droits.

La branche nucléaire civile iranienne a déclaré que des pirates informatiques avaient piraté le système de messagerie utilisé par la société qui gère la seule centrale nucléaire du pays dans la ville portuaire de Bushehr, dans le sud du pays. L’agence a blâmé un « pays étranger » pour l’attaque, sans donner plus de détails. L’Iran a précédemment accusé les États-Unis et Israël pour des cyberattaques qui ont endommagé l’infrastructure du pays.

« Ces efforts illégaux sont faits en désespoir de cause pour attirer l’attention du public », a déclaré l’organisation.

Un groupe de piratage anonyme, se faisant appeler « Black Reward », a publié ce qui semblait être des images de contrats, de plans et d’équipements à l’usine de Bushehr, qui ont été mis en ligne il y a plus de dix ans avec l’aide de la Russie.

« Contrairement aux Occidentaux, nous ne flirtons pas avec les mollahs criminels », a écrit le groupe, annonçant le piratage sur sa chaîne Telegram.

Pendant ce temps, le Conseil de coordination du syndicat des enseignants, la principale association d’enseignants d’Iran qui s’est fait entendre dans les manifestations, a rapporté que les écoles, en grande partie dans les provinces kurdes d’Iran, ont répondu à son appel au boycott des cours dimanche pour protester contre la mort et la détention d’étudiants dans le passé. mois de troubles. Il n’y a pas eu de reconnaissance immédiate des grèves par les autorités.

Le syndicat a partagé des photos d’enseignants brandissant des pancartes disant « Femme, vie, liberté » et d’autres slogans au lieu d’enseigner dans les écoles des villes kurdes de Sanandaj, Marivan, Kermanshah et Saqez, ainsi que dans l’ouest de l’Azerbaïdjan et les provinces montagneuses de Hamadan. .

« Les écoles sont devenues des casernes et des gaz lacrymogènes sont lancés au visage des élèves du primaire », a écrit un enseignant dans une lettre partagée par le syndicat. « L’histoire retiendra le nom de cette génération courageuse. »