15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

La cote de popularité de Poutine monte en flèche depuis qu’il a envoyé des troupes en Ukraine

Poutine

LONDRES (Reuters) – La proportion de Russes qui font confiance au président Vladimir Poutine est passée de 67,2% à 81,6% avant qu’il n’envoie des troupes en Ukraine le 24 février, selon une enquête du sondage d’État VTsIOM publiée vendredi.

Le conflit a déplacé plus de 10 millions d’Ukrainiens de leurs maisons, tué ou blessé des milliers de personnes, transformé des villes en décombres et conduit à des sanctions occidentales radicales qui feront baisser le niveau de vie russe.

Le VTsIOM a déclaré que 78,9% des personnes interrogées dans son dernier sondage ont déclaré approuver les actions de Poutine, contre 64,3% lors du dernier sondage avant le début de ce que la Russie appelle son « opération militaire spéciale ». La proportion de ceux qui ont désapprouvé ses actions est tombée à 12,9 % contre 24,4 %.

L’Ukraine et les dirigeants occidentaux ont condamné la campagne militaire de la Russie comme une agression non provoquée. Le Kremlin dit qu’il a dû démilitariser et « dénazifier » l’Ukraine pour protéger les russophones et anticiper une menace de l’alliance occidentale de l’OTAN.

Les chiffres du VTsIOM étaient similaires à ceux d’une enquête publiée le 30 mars par le centre indépendant Levada, dans laquelle la proportion de Russes déclarant approuver les actions de Poutine est passée à 83 % contre 71 % en février.

Levada a enregistré une augmentation comparable de la cote d’approbation de Poutine en 2014, lorsque la Russie a saisi la Crimée à l’Ukraine et l’a annexée et que les séparatistes russophones ont pris le contrôle d’une partie de la région du Donbass dans l’est de l’Ukraine avec le soutien de Moscou.

Les Russes ordinaires ont peu accès à des reportages indépendants sur leur pays, car presque tous les médias importants qui s’écartent de la politique gouvernementale ont été fermés au cours des dernières années.

Depuis le 24 février, Moscou a encore restreint l’accès aux médias étrangers et aux médias sociaux, et a érigé en infraction pénale la publication de rapports sur les forces armées qui s’écartent des déclarations officielles.

VTsIOM a déclaré qu’il interrogeait 1 600 personnes à travers la Russie chaque jour et que ses sondages hebdomadaires sont une moyenne des réponses des sept jours précédents.

Le sondage publié vendredi a été recueilli entre le 28 mars et le 4 avril, a-t-il précisé.