Irlande du Nord : Deux arrestations après la mort d’une journaliste

Partagez cet article

LONDONDERRY, Irlande du Nord (Reuters) – Deux jeunes hommes ont été arrêtés en Irlande du Nord dans l’enquête sur la mort de Lyra McKee, une journaliste de 29 ans tuée par balle jeudi soir lors d’affrontements à Londonderry, annonce samedi la police nord-irlandaise.

Ils sont âgés de 18 et 19 ans, précise la police.

Lyra McKee préparait un livre sur des disparitions de jeunes gens pendant les trente années de guerre civile en Irlande du Nord entre 1968 et 1998, auxquelles ont mis fin il y a 21 ans les “accords du Vendredi saint”.

Elle a été tuée alors qu’elle assistait aux émeutes qui ont éclaté dans le quartier de Creggan, un fief catholique, à la suite d’une opération de police destinée à prévenir des violences durant le week-end de Pâques, anniversaire du soulèvement de 1916 à Dublin.

Lyra McKee, qui s’était installée à Londonderry début 2018, avait obtenu en 2006 le titre de “jeune journaliste de l’année” décerné par Sky News.

“Les enquêteurs ont arrêté deux hommes, âgés de 18 et 19 ans, dans le cadre de la loi sur le terrorisme en relation avec ce meurtre”, indique le communiqué de la police nord-irlandaise.

La classe politique nord-irlandaise dans son ensemble à condamné la mort de la journaliste. Six partis ont signé une déclaration commune proclamant leur “unité dans la condamnation des responsables de ce crime de haine”.

Des centaines de personnes se sont par ailleurs rassemblées vendredi soir à travers la province pour des veillées en hommage à Lyra McKee, qui était aussi une figure connue du mouvement pour les droits de la communauté LGBT.

La Première ministre britannique Theresa May a souligné que sa mort était “choquante et vraiment insensée”.

A Dublin, son homologue irlandais Leo Varadkar a exprimé sa tristesse et a ajouté: Nous ne pouvons pas laisser les propagateurs de la violence, de la peur et de la haine nous ramener dans le passé.”

Bill Clinton, ancien président américain qui a joué un rôle central dans la négociation des accords nord-irlandais de 1998, a déclaré que la mort de la jeune journaliste lui “brisait le coeur”. “Nous ne pouvons pas lâcher les 21 années de paix et de progrès durement gagnés”, a-t-il ajouté.

Pour la police nord-irlandaise, les coups de feu qui ont mortellement atteint la journaliste sont probablement le fait de militants du groupe nationaliste irlandais New IRA (Nouvelle IRA), responsable de plusieurs attaques ces dernières années.

Le petit parti politique Saoradh, proche des dissidents du mouvement nationaliste irlandais, a déclaré dans un communiqué que Lyra McKee avait probablement été tuée accidentellement “par un volontaire républicain” alors qu’elle se trouvait près des policiers.

La police nord-irlandais a diffusé des images tournées par les caméras de vidéosurveillance. On y aperçoit notamment la journaliste observant des jeunes gens jetant des cocktails Molotov. D’après la police, McKee a été touchée lorsqu’un homme armé a ouvert le feu en direction des forces de l’ordre.

Donner votre avis