27/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’ONU encourage d’utiliser l’énergie verte pour sauver le climat

énergie verte

Le chef de l’ONU a appelé vendredi le monde à redoubler d’efforts en matière d’énergies renouvelables pour éviter une urgence climatique et lutter contre la pauvreté énergétique mondiale.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un moment de vérité », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a décrit le mandat comme un « double impératif – mettre fin à la pauvreté énergétique et limiter le changement climatique.

« Et nous avons une réponse qui satisfera aux deux impératifs », a déclaré Guterres. « Une énergie abordable, renouvelable et durable pour tous. »

Les commentaires sont intervenus alors que les gouvernements et le secteur privé se sont engagés à dépenser plus de 400 milliards de dollars lors d’un sommet de haut niveau qui a appelé à une accélération des efforts pour éviter un changement climatique catastrophique et simultanément apporter de l’électricité à plus de 760 millions de personnes dans le monde qui actuellement en manque.

Le « pacte énergétique » répertorie les engagements de plus de 35 gouvernements et de plusieurs grandes entreprises, dont TotalEnergies, Schneider Electric et Google.

L’objectif est de réorganiser le système énergétique mondial, qui représente environ 75 pour cent du total des gaz à effet de serre, selon les Nations Unies.

Jennifer Layke, directrice mondiale de l’énergie au World Resources Institute, a déclaré que les engagements servaient des « objectifs de transparence » et permettaient aux ONG de demander des comptes aux entreprises et aux gouvernements.

Mais « pour agir sur le climat, nous avons encore un long chemin à parcourir pour atteindre le niveau de transformation nécessaire à la transition énergétique », a-t-elle déclaré.

– Mettre fin aux subventions aux combustibles fossiles –

Les promesses de dépenses, dont beaucoup ont été annoncées précédemment, comprennent des projets visant à élargir l’accès à l’électricité dans les pays en développement, à stimuler les technologies de cuisson propres et à améliorer l’efficacité énergétique dans le cadre d’une campagne de décarbonisation du système énergétique.

Guterres a noté qu’il y avait eu des progrès, les énergies renouvelables représentant désormais 29 % de la production mondiale d’électricité.

« Mais ce n’est pas assez rapide », a déclaré Guterres. « Nous sommes encore loin d’être en mesure de fournir une énergie abordable et propre pour tous. »

Il a déclaré que le monde doit réduire les émissions de gaz à effet de serre de 45 % en 2030 par rapport aux niveaux de 2010 pour limiter la hausse des températures à 1,5 degré.

Il a appelé à quadrupler la capacité solaire et éolienne d’ici là, dans le cadre d’un effort pour tripler les investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique à 5 000 milliards de dollars par an.

Et Guterres a appelé les autorités à supprimer progressivement les subventions à la production de combustibles fossiles et à « mettre un prix sur le carbone ».

Une étude du FMI publiée vendredi a estimé que les subventions directes et indirectes aux combustibles fossiles totalisaient 5 900 milliards de dollars, soit environ 6,8 % du PIB mondial en 2020.

« La sous-tarification des combustibles fossiles sape les objectifs environnementaux nationaux et mondiaux, nuisant aux gens et à la planète », a déclaré la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva.

« C’est aussi une politique mal ciblée qui profite principalement aux ménages à revenu élevé et prive les gouvernements de précieuses ressources fiscales. »

« L’augmentation des prix du carburant est, bien sûr, très difficile », a déclaré Georgieva, ajoutant, « mais ne rien faire posera des défis bien plus grands ».