Grèce : Des incendies font au moins 50 morts dont 16 enfants

Partagez cet article

ATHENES/MATI (Reuters) – Les incendies de forêt hors de contrôle qui ravagent la Grèce depuis lundi ont fait au moins 20 morts et plus de 100 blessés, dont 16 enfants, a annoncé dans la nuit de lundi à mardi un porte-parole du gouvernement, tandis que de nombreuses maisons ont été détruites et les transports fortement perturbés. Le village de Mati, située à près de 30 kilomètres à l’est d’Athènes, est dévasté par les flammes.

C’est dans cette zone touristique très prisée que le plus grand nombre de victimes a été constaté, a précisé le représentant du gouvernement.

“Des gens n’ont pas réussi à partir et ont été piégés à leur domicile ou dans leur voiture”, a déclaré Dimitris Tzanakopoulos dans une allocution télévisée.

Les autorités ont appelé lundi des milliers d’habitants de la région côtière à abandonner leurs maisons pour échapper à un gigantesque brasier qui a entraîné la fermeture de l’autoroute la plus fréquentée du pays, de liaisons ferroviaires et perturbé le trafic aérien à l’aéroport d’Athènes en raison de la mauvaise visibilité.

Un journaliste de Reuters a vu lundi soir au moins quatre corps calcinés sur une route du village de Mati.

Alors que l’incendie faisait toujours rage et que la nuit tombait, l’étendue des dégâts devenait difficile à jauger lundi soir.

En fin d’après-midi, un autre incendie s’est déclenché au nord et à l’est de la capitale. Le maire d’une localité touchée par les flammes a parlé d’une centaine de maisons et d’au moins 200 véhicules détruits.

Les incendies de forêt sont fréquents en Grèce, où des dizaines de personnes avaient trouvé la mort en 2007, mais les conditions climatiques, avec en particulier un hiver doux et sec, ont créé des conditions particulièrement propices cette année.

APPEL À L’AIDE EUROPÉENNE

“Nous ferons tout ce qu’il est humainement possible de faire pour contrôler la situation”, a déclaré le Premier ministre Alexis Tsipras pendant une visite en Bosnie qu’il a écourtée pour rentrer en Grèce.

“Je suis intrigué par les départs de feu simultanés à l’est comme à l’ouest d’Athènes”, a-t-il ajouté.

Les autorités ont lancé un appel à l’aide européenne en activant le Mécanisme de protection civile de l’Union européenne, qui permet de solliciter l’envoi de matériel terrestre et aérien par les autres membres du bloc.

L’armée a aussi été appelée en renfort pour lutter contre les incendies, alors que plus de 200 pompiers et 60 véhicules sont déjà mobilisés dans la région de Kineta, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de la capitale, où passe l’une des deux autoroutes menant vers le Péloponnèse.

Un responsable des pompiers a appelé les habitants à fuir pour échapper aux flammes et à la fumée.

“Personne ne peut résister à autant de fumée pendant tant d’heures. C’est une situation extrême”, a souligné Achilleas Tzouvaras.

A l’est d’Athènes, dans la région de Rafina, une ville de 20.000 habitants très boisée, la situation apparaît très critique.

Le maire de la ville, Evangelos Bournous, a dit avoir vu au moins une centaine de maisons en feu. “C’est une catastrophe”, a-t-il dit.

Donner votre avis