04/12/2022

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

erdo

BENGHAZI, Libye (AP) – L’un des gouvernements rivaux de la Libye a signé lundi des accords économiques et maritimes préliminaires avec la Turquie, ce qui a attisé les tensions entre elle et l’autre administration du pays d’Afrique du Nord.

Les accords ont également provoqué la colère du voisin et rival régional de la Turquie, la Grèce, qui les a dénoncés comme « illégaux ».

Les accords, signés par le ministre turc des Affaires étrangères avec le gouvernement libyen basé à Tripoli, signalent un renforcement des liens au milieu des appels internationaux répétés à des élections pour résoudre la fracture politique du pays.

Les protocoles d’accord ont été signés par les deux pays à Tripoli, ouvrant la voie à la poursuite de la coopération bilatérale dans les secteurs des hydrocarbures et du pétrole. Un accord gazier est également attendu, a confirmé le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, lors d’une conférence de presse qui a suivi les signatures.

La Libye est plongée dans le chaos depuis qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN a renversé et tué le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi en 2011. Pendant des années, le pays a été divisé entre des administrations rivales, une basée à l’est et une à l’ouest, chacune soutenue par des voyous. les milices et les gouvernements étrangers. Les derniers mois ont vu une recrudescence des affrontements meurtriers entre milices.

La Turquie a été un soutien de premier plan du gouvernement libyen basé à Tripoli, dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le soutien d’Ankara au précédent gouvernement d’entente nationale de Tripoli a contribué à inverser le cours de la guerre civile en Libye. En fournissant aux forces soutenues par Tripoli des conseillers, du matériel et des renseignements, le gouvernement du président Recep Tayipp Erdogan a contribué à contrecarrer une campagne d’un an menée par le général Khalifa Hifter – commandant des forces armées arabes libyennes dans l’est du pays – pour prendre la capitale.

En 2019, la Turquie a également signé un accord controversé sur la frontière maritime avec l’ancienne administration basée à Tripoli, lui accordant l’accès à une zone économique contestée dans l’est de la Méditerranée. L’accord – qui ignore l’existence de plusieurs îles grecques, dont la Crète, situées entre la Turquie et la Libye – a ravivé les tensions préexistantes de la Turquie avec la Grèce, Chypre et l’Égypte au sujet des droits de forage pétrolier et gazier.

Le ministère grec des Affaires étrangères a déclaré lundi que la Grèce « a des droits souverains dans la région, qu’elle entend défendre par tous les moyens légitimes ».

« Toute référence ou action dans la mise en œuvre de (l’accord frontalier de 2019) sera par définition illégale et, selon sa gravité, il y aura une réaction tant au niveau bilatéral qu’au niveau de l’Union européenne et de l’OTAN », a déclaré un ministère. déclaration dit.

Relations entre la Grèce et la Turquiesont à leur pire depuis des années, la Turquie lançant des menaces à peine voilées d’envahir les îles grecques de la mer Égée. Les droits d’exploration gazière et pétrolière sous-marine sont un élément clé du différend.

Parallèlement aux nouveaux accords économiques, la ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla El Mangoush, a déclaré que les deux délégations avaient convenu de « mobiliser les efforts internationaux pour soutenir une courte feuille de route pour les élections libyennes ».

La Libye, qui est divisée entre les administrations rivales depuis des années, devait organiser des élections en décembre 2021. Cependant, les élections ont été annulées par Dbeibah suite à un désaccord sur la manière dont le processus électoral serait mené. En réponse, le parlement basé à l’est du pays a nommé un Premier ministre rival, Fathy Bashagha, qui cherche depuis des mois à installer son gouvernement à Tripoli.

Dans un communiqué publié après la conférence de presse, Bashagha a condamné les accords et a déclaré que la signature de tels accords n’était que « le droit inhérent d’une autorité élue ».