06/10/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Venezuela : Le président Maduro, soutenu par l’armée, défie les Etats-Unis

Caracas (AFP) – Le bras de fer diplomatique s’est poursuivi jeudi entre Washington et le président socialiste Nicolas Maduro qui, fort du soutien réaffirmé de l’armée vénézuélienne, a annoncé la fermeture de son ambassade aux Etats-Unis. Lors d’une session spéciale devant la Cour suprême, qui lui a renouvelé son appui, M. Maduro a annoncé la « fermeture de l’ambassade et de tous les consulats » de son pays aux Etats-Unis.

« J’ai décidé de rappeler tout le personnel diplomatique (…) et de fermer notre ambassade et tous nos consulats aux Etats-Unis », a déclaré le chef de l’Etat vénézuélien, qui a accusé la Maison Blanche d’inciter Juan Guaido à perpétrer un coup d’Etat.

Mercredi, il avait annoncé la rupture des relations diplomatiques avec Washington, donnant 72 heures aux représentants américains pour quitter le pays. Les États-Unis ont répliqué que le dirigeant socialiste n’avait pas l’autorité pour rompre les relations et expulser les diplomates.

Le président Donald Trump a été le premier à reconnaître Juan Guaido, 35 ans, qui s’est autoproclamé « président en exercice » du pays en vue d’installer un « gouvernement de transition » et d’organiser des « élections libres ». Il a été suivi par de nombreux pays d’Amérique latine.

Jeudi, les Etats-Unis ont poursuivi l’offensive, en demandant une réunion d’urgence du Conseil de sécurité sur la situation dans le pays, malgré l’opposition déclarée de la Russie à une réunion sur un sujet « interne » au Venezuela.

Plus tôt, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a appelé l’Organisation des Etats américains (OEA), qui doit débattre jeudi de la situation au Venezuela, à reconnaître Juan Guaido comme « président par intérim du Venezuela ».

De son côté, Juan Guaido, qui se trouvait jeudi « à l’abri » dans un lieu qui n’a pas été précisé, selon une source au sein de l’opposition, continuait à recevoir des messages de soutien de dirigeants d’Amérique et de l’Union européenne (UE).

– « Loyauté absolue » –

Malgré ce brusque regain de tension, le président vénézuélien peut compter sur le soutien de l’armée, qui lui a réaffirmé jeudi sa loyauté par la voix de son ministre de la Défense, le général Vladimir Padrino.

« J’alerte le peuple du Venezuela qu’un coup d?État est perpétré contre les institutions, contre la démocratie, contre notre Constitution, contre le président Nicolas Maduro, notre président légitime », a déclaré le ministre, entouré de tout le haut-commandement militaire, lors d’une conférence de presse.

Huit généraux qui commandent des régions stratégiques du pays ont assuré également leur « loyauté et subordination absolue » au président dans des messages diffusés par la télévision d?État. Lundi, une tentative de soulèvement d’un groupe de militaires à Caracas avait été rapidement réprimée.

Outre l’armée, Nicolas Maduro a reçu le soutien de ses alliés russe et chinois, qui ont dénoncé les « ingérences extérieures » au Venezuela. Le président russe Vladimir Poutine a exprimé son « soutien » à M. Maduro dans un entretien téléphonique.

L’UE a, elle, demandé des « élections libres » et la Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits humains, Michelle Bachelet, a appelé depuis Davos à une « solution politique pacifique ».

Une cinquantaine de pays considèrent comme « illégitime » le deuxième mandat de Nicolas Maduro, investi le 10 janvier, estimant que les élections de mai, boycottées par l’opposition et à l’issue desquelles il a été réélu, n’ont pas été transparentes.