RD Congo: Un rapport de l’Onu dénonce des atrocités au Kasaï

Partagez cet article

GENEVE (Reuters) – Les forces de sécurité et les milices congolaises ont commis des atrocités pouvant être considérées comme des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dans la province du Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo (RDC), selon un rapport de l’Onu rendu public mardi.

Les enquêteurs des Nations unies, des experts indépendants, font notamment état d’assassinats et de viols de femmes et d’enfants lors de ce conflit dans la région entre août 2016 et fin 2017. Ils dénoncent “un grave problème d’impunité” pour les responsables de ces crimes et appellent les autorités à agir pour que justice soit rendue.

Marie-Ange Mushobekwa, ministre congolaise des Droits de l’homme, a déclaré que son gouvernement présenterait sa position lors d’un débat mardi prochain au Conseil des droits de l’homme de l’Onu.

Les forces armées congolaises (FARDC) et la milice Bana Mura, qui les soutient, ont affronté les miliciens du groupe Kamuina Nsapu lors d’un conflit d’une année qui a fait 5.000 morts, un million et demi de déplacés.

En juillet 2017, un tribunal congolais a condamné sept soldats des FARDC pour le meurtre de miliciens présumés au Kasaï. Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies avait le même mois ouvert une enquête internationale sur les massacres commis dans cette région.

Donner votre avis