03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Pourquoi l’Égypte et d’autres pays arabes ne veulent pas accueillir des réfugiés palestiniens de Gaza

RAFAH

LE CAIRE (AP) — Alors que les Palestiniens désespérés dans la bande de Gaza bouclée tentent de trouver refuge sous les bombardements incessants d’Israël en représailles à l’ attaque brutale du Hamas du 7 octobre , certains se demandent pourquoi l’Égypte et la Jordanie voisines ne les accueillent pas.

Les deux pays, qui flanquent Israël de côtés opposés et partagent respectivement des frontières avec Gaza et la Cisjordanie occupée, ont répondu par un refus catégorique. La Jordanie compte déjà une importante population palestinienne.

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi a tenu mercredi ses propos les plus durs, affirmant que la guerre actuelle ne visait pas seulement à combattre le Hamas, qui dirige la bande de Gaza, « mais aussi à tenter de pousser les habitants civils à (…) émigrer en Egypte ». .» Il a averti que cela pourrait détruire la paix dans la région.

Le roi Abdallah II de Jordanie avait donné un message similaire la veille, déclarant : « Pas de réfugiés en Jordanie, pas de réfugiés en Égypte ».

Leur refus est enraciné dans la crainte qu’Israël veuille forcer une expulsion permanente des Palestiniens vers leur pays et annuler les demandes palestiniennes de création d’un État. El-Sissi a également déclaré qu’un exode massif risquerait d’amener des militants vers la péninsule égyptienne du Sinaï, d’où ils pourraient lancer des attaques contre Israël, mettant ainsi en danger le traité de paix entre les deux pays, vieux de 40 ans.

UNE HISTOIRE DE DÉPLACEMENT

Le déplacement a été un thème majeur de l’histoire palestinienne. Lors de la guerre de 1948 autour de la création d’Israël, environ 700 000 Palestiniens ont été expulsés ou ont fui ce qui est aujourd’hui Israël. Les Palestiniens appellent cet événement la Nakba, mot arabe signifiant « catastrophe ».

Lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967 , lorsqu’Israël s’est emparé de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, 300 000 Palestiniens supplémentaires ont fui, pour la plupart vers la Jordanie.

Les réfugiés et leurs descendants sont désormais au nombre de près de 6 millions, la plupart vivant dans des camps et des communautés en Cisjordanie, à Gaza, au Liban, en Syrie et en Jordanie. La diaspora s’est encore étendue, de nombreux réfugiés construisant leur vie dans les pays arabes du Golfe ou en Occident.

Après l’arrêt des combats lors de la guerre de 1948, Israël a refusé de permettre aux réfugiés de rentrer chez eux. Depuis lors, Israël a rejeté les demandes palestiniennes de retour des réfugiés dans le cadre d’un accord de paix, arguant que cela menacerait la majorité juive du pays.

L’Égypte craint que l’histoire ne se répète et qu’une importante population de réfugiés palestiniens de Gaza finisse par y rester pour de bon.

AUCUNE GARANTIE DE RETOUR

Cela est dû en partie au fait qu’il n’existe aucun scénario clair sur la façon dont cette guerre se terminera.

Israël affirme son intention de détruire le Hamas pour ses ravages sanglants dans les villes du sud. Mais il n’a donné aucune indication sur ce qui pourrait se passer par la suite ni sur qui gouvernerait Gaza. Cela a fait craindre une réoccupation du territoire pendant un certain temps, alimentant ainsi de nouveaux conflits.

L’armée israélienne a déclaré que les Palestiniens qui suivraient son ordre de fuir le nord de Gaza vers la moitié sud de la bande seraient autorisés à rentrer chez eux après la fin de la guerre.

L’Egypte n’est pas rassurée.

El-Sissi a déclaré que les combats pourraient durer des années si Israël prétend qu’il n’a pas suffisamment écrasé les militants. Il a proposé qu’Israël héberge les Palestiniens dans son désert du Néguev, voisin de la bande de Gaza, jusqu’à ce qu’il mette fin à ses opérations militaires.

« Le manque de clarté d’Israël concernant ses intentions à Gaza et l’évacuation de la population est en soi problématique », a déclaré Riccardo Fabiani, directeur du projet Afrique du Nord de Crisis Group International. « Cette confusion alimente les craintes dans le quartier. »

L’Égypte a fait pression pour qu’Israël autorise l’aide humanitaire à Gaza, et Israël a déclaré mercredi qu’il le ferait, sans toutefois préciser quand. Selon les Nations Unies, l’Égypte, qui fait face à une crise économique croissante, accueille déjà quelque 9 millions de réfugiés et de migrants, dont environ 300 000 Soudanais arrivés cette année après avoir fui la guerre dans leur pays .

Mais les pays arabes et de nombreux Palestiniens soupçonnent également qu’Israël pourrait profiter de cette opportunité pour imposer des changements démographiques permanents afin de faire échouer les revendications palestiniennes d’un État à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, qui a également été capturée par Israël en 1967.

El-Sissi a réitéré mercredi ses avertissements selon lesquels un exode de Gaza avait pour but « d’éliminer la cause palestinienne… la cause la plus importante de notre région ». Il a soutenu que si un État palestinien démilitarisé avait été créé il y a longtemps lors de négociations, il n’y aurait pas de guerre aujourd’hui.

« Tous les précédents historiques indiquent que lorsque les Palestiniens sont forcés de quitter le territoire palestinien, ils ne sont pas autorisés à y revenir », a déclaré HA Hellyer, chercheur associé principal au Carnegie Endowment for International Peace. « L’Égypte ne veut pas être complice du nettoyage ethnique à Gaza. »

Les craintes des pays arabes n’ont été attisées que par la montée, sous le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, de partis d’extrême droite qui parlent en termes positifs de l’expulsion des Palestiniens. Depuis l’attaque du Hamas, le discours est devenu moins retenu, certains politiciens de droite et commentateurs des médias appelant l’armée à raser Gaza et à chasser ses habitants. Un député a déclaré qu’Israël devrait mener une « nouvelle Nakba » à Gaza.

INQUIÉTUDES CONCERNANT LE HAMAS

Dans le même temps, l’Égypte affirme qu’un exode massif de Gaza amènerait le Hamas ou d’autres militants palestiniens sur son sol. Cela pourrait être déstabilisateur dans le Sinaï, où l’armée égyptienne a combattu pendant des années contre les militants islamistes et a accusé à un moment donné le Hamas de les soutenir.

L’Égypte soutient le blocus israélien de Gaza depuis que le Hamas a pris le contrôle du territoire en 2007, contrôlant étroitement l’entrée de matériel et le passage des civils. Il a également détruit le réseau de tunnels sous la frontière que le Hamas et d’autres Palestiniens utilisaient pour faire entrer clandestinement des marchandises à Gaza.

L’insurrection du Sinaï étant largement réprimée, « Le Caire ne veut pas se retrouver confronté à un nouveau problème de sécurité dans cette région problématique », a déclaré Fabiani.

El-Sissi a mis en garde contre un scénario encore plus déstabilisateur : la destruction de l’accord de paix de 1979 entre l’Égypte et Israël. Il a déclaré qu’avec la présence de militants palestiniens, le Sinaï « deviendrait une base pour des attaques contre Israël. Israël aurait le droit de se défendre (…) et frapperait le territoire égyptien.»

« La paix que nous avons obtenue disparaîtrait de nos mains », a-t-il déclaré, « tout cela au nom de l’idée d’éliminer la cause palestinienne ».