29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

OMS: les nouveaux décès dus au COVID ont chuté de 17% la semaine dernière, mais les cas augmentent

covid19

GENÈVE (AP) – Le nombre de nouveaux décès par coronavirus signalés dans le monde a chuté de 17% la semaine dernière tandis que les infections au COVID-19 ont augmenté, inversant une baisse des cas qui a commencé en janvier, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Dans le rapport hebdomadaire de l’agence de santé des Nations Unies sur la pandémie publié mardi soir, l’OMS a déclaré qu’il y avait plus de 11 millions de nouvelles infections au COVID-19 la semaine dernière – une augmentation d’environ 8% – et 43 000 nouveaux décès. Le nombre de décès dus au COVID-19 dans le monde a diminué au cours des trois dernières semaines.

La plus forte augmentation des cas a été observée dans le Pacifique occidental et en Afrique, où les infections ont augmenté de 29 % et 12 % respectivement. Ailleurs, les cas ont chuté de plus de 20% au Moyen-Orient, en Asie du Sud-Est et dans les Amériques. En Europe, les cas ont augmenté d’environ 2%.

L’OMS a déclaré que ces chiffres « devraient être interprétés avec prudence ». Il a noté que de nombreux pays modifient leurs stratégies de test COVID-19 à la sortie de la phase aiguë de la pandémie et testent beaucoup moins qu’auparavant, ce qui signifie que de nombreux nouveaux cas ne sont pas détectés.

Au cours des dernières semaines, des pays comme la Suède et le Royaume-Uni ont annoncé leur intention d’abandonner les tests à grande échelle pour le COVID-19, affirmant que l’investissement massif ne valait plus la peine. Pourtant, les infections, les hospitalisations et les décès ont légèrement augmenté en Grande-Bretagne, en raison de la sous-variante omicron plus infectieuse BA.2. Un autre facteur contributif a été la suspension de presque tous les protocoles COVID-19 alors que de plus en plus de personnes abandonnent les masques et se rassemblent en plus grand nombre.

L’OMS a noté que bien que le COVID-19 ait diminué dans de nombreuses régions, le Pacifique occidental a connu une augmentation des chiffres depuis décembre.

La Chine a interdit à la plupart des gens de quitter une province du nord-est touchée par un coronavirus et a mobilisé des réservistes militaires lundi, alors que la variante « furtive omicron » à propagation rapide alimente la plus grande épidémie du pays depuis le début de la pandémie il y a deux ans. Les autorités ont également verrouillé la ville méridionale de Shenzhen, qui compte 17,5 millions d’habitants et est un important centre technologique et financier qui borde Hong Kong – qui a elle-même signalé certains des taux de mortalité COVID-19 les plus élevés récemment.