Nucléaire: L’Iran “enterre” ses centrifugeuses

Partagez cet article

VIENNE (Reuters) – L’Iran a terminé le transfert d’un premier ensemble de centrifugeuses destinées à l’enrichissement d’uranium vers un site souterrain à Natanz, déclare l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA) dans un rapport publié mercredi.

Ce transfert d’installations auparavant situées en surface constitue une violation des engagements pris par l’Iran dans le cadre de l’accord sur son programme nucléaire, dont Donald Trump a retiré les Etats-Unis en 2018.

Il a été décidé après l’incendie en juillet du site d’assemblage de centrifugeuses en surface à Natanz, que Téhéran a qualifié d’acte de sabotage. Le site souterrain semble destiné à résister à un bombardement aérien.

L’incendie de Natanz a ralenti la production iranienne d’uranium enrichi, estime l’AIEA dans son rapport.

“Ils ont fini d’installer l’une des trois cascades et ils ont commencé à installer une deuxième cascade”, a dit un diplomate de haut rang, ajoutant que ces centrifugeuses plus efficaces et productives n’avaient toutefois pas encore été mises en marche.

Une cascade est un ensemble de centrifugeuses montées en série pour l’enrichissement d’uranium.

Aux termes de l’accord de 2015, dont l’Iran s’est progressivement affranchi après le retrait américain, les installations souterraines de Natanz ne doivent accueillir que les centrifugeuses IR-1 de première génération.

L’Iran avait déjà informé qu’il allait y transférer trois cascades.

La première, composée de machines de type IR-2m, est installée et connectée mais pas encore alimentée, selon le rapport obtenu par Reuters.

Une cascade d’IR-4 est en cours d’installation mais pas encore la troisième, composée d’IR-6.

En fonction de son degré d’enrichissement, l’uranium peut avoir des utilisations civiles, comme la production d’électricité, ou militaires, pour le développement d’armements nucléaires.

L’Iran dispose désormais d’un stock d’uranium faiblement enrichi de 2,4 tonnes, soit nettement supérieur aux 202,8 kg prévus par l’accord de 2015. Il n’en a toutefois produit que 337,5 kg au cours du dernier trimestre contre plus de 500 kg au cours des deux trimestres précédents, selon l’AIEA.

Donner votre avis