Manifestation contre 5e mandat : Les vacances universitaires avancées de dix jours en Algérie

Partagez cet article

ALGER (Reuters) – Les vacances universitaires de printemps qui devaient débuter le 20 mars en Algérie ont été avancées de dix jours, a annoncé samedi le ministère de l’Enseignement, au lendemain de vastes manifestations contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat.

Le mouvement de contestation, qui est entré dans sa troisième semaine, est d’une ampleur sans précédent depuis l’interruption des législatives de 1991, dont le premier tour a été remporté haut la main par le Front islamique du Salut.

Le rassemblement de vendredi a été globalement pacifique, mais des heurts ont éclaté dans la soirée. La presse publique a fait état de 110 blessés parmi les manifestants et de 112 dans les rangs des forces de l’ordre.

Fatigués de la corruption et du chômage, qui touche un quart des moins de trente ans, lassés par une élite âgée jugée déconnectée des préoccupations des jeunes, les Algériens manifestent depuis le 22 février contre la candidature du chef de l’Etat. Le ministère de l’Enseignement supérieur n’a pas justifié sa décision, mais de nombreux défilés sont partis des campus universitaires.

Agé de 82 ans, le chef de l’Etat qui briguera donc un cinquième mandat successif le 18 avril, ne s’est pas exprimé en public depuis son accident vasculaire cérébral de 2013 et se trouve actuellement à Genève pour des raisons médicales.

Donner votre avis