04/12/2022

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

L’ONU prolonge sa mission en Libye après le différend américano-russe sur le choix de l’envoyé

carte libye

NATIONS UNIES (AP) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté lundi la prolongation de sa mission politique en Libye pour seulement trois mois après un différend entre l’Occident et la Russie au sujet de la nomination d’un nouvel envoyé supérieur de l’ONU pour le pays d’Afrique du Nord, qui tente de former un gouvernement uni après 10 ans de troubles.

Un vote la semaine dernière sur une résolution soutenue par les États-Unis et rédigée par les Britanniques visant à prolonger la mission de l’ONU jusqu’au 15 septembre avait été reporté à la dernière minute après que la Russie s’y est opposée et a fait circuler son propre projet de résolution appelant le secrétaire général Antonio Guterres à nommer un nouveau représentant spécial dans un mois.

La résolution adoptée à l’unanimité lundi prolonge la mission jusqu’au 30 avril tout en conservant son ancien mandat, ne faisant aucune référence à l’échec du gouvernement libyen à organiser les élections prévues le 24 décembre ou aux efforts actuels pour faire avancer les plans de nomination d’un nouveau gouvernement de transition.

Il a également éliminé l’appel de la Russie à un délai d’un mois pour que le chef de l’ONU nomme un nouveau représentant, affirmant seulement que le conseil « reconnaît la responsabilité du secrétaire général de nommer un envoyé spécial ».

Le haut représentant de l’ONU en Libye est devenu un problème après que le représentant spécial de l’ONU, Jan Kubis, qui était basé à Genève plutôt qu’à Tripoli et aurait eu des liens étroits avec Moscou, a soudainement démissionné en novembre. Guterres a ensuite nommé la diplomate américaine Stephanie Williams, qui a supervisé l’accord de cessez-le-feu d’octobre 2020 en Libye, comme son conseiller spécial, ce qui n’a pas nécessité l’approbation du Conseil de sécurité.

Des diplomates ont déclaré que les États-Unis considéraient la tentative de la Russie d’amener le secrétaire général à nommer rapidement un nouveau représentant spécial comme un effort pour se débarrasser de Williams, dont le travail a été très apprécié la semaine dernière par le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

La Libye riche en pétrole a plongé dans la tourmente après un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 et s’est scindée en gouvernements rivaux – un à l’est, soutenu par le commandant militaire Khalifa Hifter, et un autre, soutenu par l’ONU dans la capitale de Tripoli, à l’ouest. Chaque camp est soutenu par une variété de milices et de puissances étrangères.

En avril 2019, Hifter et ses forces, soutenus par l’Égypte et les Émirats arabes unis, ont lancé une offensive pour tenter de capturer Tripoli. Sa campagne s’est effondrée après que la Turquie et le Qatar ont intensifié leur soutien militaire au gouvernement de Tripoli avec des centaines de soldats turcs et des milliers de mercenaires syriens.

Médié par Williams, le cessez-le-feu d’octobre 2020 a conduit à la formation d’un gouvernement de transition et à des élections prévues pour le 24 décembre. Mais le vote a été confronté à des défis de taille qui ont finalement forcé son report.

L’ambassadeur adjoint britannique à l’ONU, James Kariuki, a qualifié la résolution adoptée lundi de « décevante ». Il a déclaré que « la Libye est à un moment fragile » et que « le rôle de l’ONU dans le soutien d’un processus politique inclusif en Libye est plus important que jamais ».

L’ambassadeur adjoint des États-Unis, Jeffrey DeLaurentis, l’a qualifié de « résultat sous-optimal pour le peuple libyen et de mauvaise réflexion sur le conseil ».

« Nous devons ouvrir la voie à des élections contrôlées et dirigées par la Libye » et a appelé les membres du conseil et les voisins de la Libye « à s’engager de manière constructive avec la conseillère spéciale Williams pour soutenir ses efforts ».

L’ambassadrice adjointe russe Anna Evstigneeva a encouragé les partis libyens divisés à utiliser le soutien unanime du conseil pour surmonter les désaccords. Elle a déclaré qu’avec l’aide de la mission de l’ONU, ils devraient fixer des délais et organiser des élections présidentielles et législatives afin que la Libye puisse « ouvrir une nouvelle page dans la vie du pays ».