18/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’ONU met fin à l’obligation de l’Irak de payer les victimes de l’invasion du Koweït

irak carte

NATIONS UNIES (AP) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité mardi pour mettre fin à l’obligation de l’Irak d’indemniser les victimes de son invasion du Koweït en 1990, Bagdad ayant versé plus de 50 milliards de dollars à 1,5 million de demandeurs.

Michael Gaffey, ambassadeur d’Irlande auprès de l’ONU à Genève et président du conseil d’administration de la Commission d’indemnisation des Nations Unies, dont le fonds a statué sur les réclamations, a déclaré au conseil après le vote que le travail de l’organisme était une « réalisation historique pour les Nations Unies et pour multilatéralisme efficace.

« En fin de compte, 2,7 millions de réclamations ont été soumises à la commission demandant 352 milliards de dollars d’indemnisation », a-t-il déclaré, et les 52,4 milliards de dollars accordés à 1,5 million de demandeurs « représentent environ 15% du total des réclamations ».

En vertu d’une résolution du Conseil de sécurité adoptée en avril 1991 après qu’une coalition dirigée par les États-Unis ait mis en déroute les forces de Saddam Hussein et libéré le Koweït lors de la première guerre du Golfe, l’Iraq était tenu de mettre de côté un pourcentage du produit de ses exportations de pétrole pour le fonds destiné à indemniser les victimes de la conflit.

Cette part était de 5% en 2013, lorsque le conseil a voté pour mettre fin à l’éventuelle application militaire de plusieurs exigences imposées à l’Irak après l’invasion en reconnaissance de l’amélioration des relations avec le Koweït. Le niveau était de 3% pour le paiement final de l’Irak le 13 janvier.

Gaffey a déclaré que le conseil d’administration avait adopté sa décision finale le 9 février déclarant que le gouvernement irakien avait rempli ses obligations internationales d’indemniser les pertes et les dommages subis en conséquence directe de son invasion illégale du Koweït.

Il a déclaré que le conseil d’administration du fonds accordait la priorité aux réclamations des personnes qui ont été forcées de quitter l’Irak ou le Koweït, à celles qui ont subi des blessures ou dont le conjoint, l’enfant ou le parent est décédé, ou qui ont subi des pertes personnelles allant jusqu’à 100 000 dollars. Il a déclaré que cette décision humanitaire « marquait une étape importante dans l’évolution de la pratique internationale des réclamations ».

Mais il y avait aussi des entreprises et des entreprises qui recevaient des fonds. La Kuwait Petroleum Corporation a réclamé avec succès 14,7 milliards de dollars pour les pertes de production et de vente de pétrole résultant des dommages causés aux champs pétrolifères du pays lors de l’invasion et de l’occupation irakiennes de 1990-1991.

La résolution du Conseil de sécurité adoptée mardi affirme que l’Iraq a rempli ses obligations internationales, que « l’Iraq n’est plus tenu de verser au fonds un pourcentage du produit des ventes à l’exportation de pétrole, de produits pétroliers et de gaz naturel », et que le processus de réclamation de la commission « est maintenant complet et définitif et qu’aucune autre réclamation ne sera faite à la commission. »

Le conseil a mis fin au mandat de la commission en vertu de la résolution de 1991 et lui a ordonné de conclure les questions en suspens afin qu’elle puisse fermer d’ici la fin de 2022.

Le ministre irakien des Affaires étrangères, Fuad Hussein, a déclaré au Conseil que son pays avait conclu « un chapitre important de 30 ans et entame un nouveau chapitre de son parcours diplomatique, politique et économique ».

« Ce sera une ère de rôle régional et international plus important, à la mesure de l’importance historique et culturelle de l’Iraq pour la région et le monde, une ère au cours de laquelle l’Iraq sera un membre actif attaché aux aspirations et aux objectifs de la communauté internationale,  » il a dit.

L’ambassadeur koweïtien Mansour Al-Otaibi s’est félicité de l’adoption à l’unanimité de la résolution et a salué « une telle réalisation historique du conseil en ce qui concerne son travail sur l’indemnisation ».

« Nous sommes pleinement conscients que le but de l’indemnisation n’est pas de punir l’agresseur mais plutôt d’assurer la responsabilité » et de tenir l’agresseur responsable des dommages et d’apporter « la confiance aux gouvernements et aux individus concernés », a-t-il déclaré.

Al-Otaibi a déclaré que le monde ne devrait pas oublier que l’établissement d’une indemnisation et la prise en compte de l’impact de l’agression « sont essentiels pour instaurer la confiance, la réconciliation et régler tous les problèmes restants qui pourraient à l’avenir faire obstacle à la restauration et à l’établissement de relations et à la réalisation des intérêts communs de les États concernés ».