29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’ONU adopte une résolution renouvelant l’autorisation de l’UE d’inspecter les navires au large des côtes libyennes

carte libye

NATIONS UNIES (AP) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté vendredi une résolution renouvelant l’autorisation de l’Union européenne d’inspecter les navires au large des côtes libyennes soupçonnés d’avoir violé l’embargo sur les armes contre la nation nord-africaine en difficulté.

Le vote sur la résolution parrainée par la France et Malte a été de 14 à 0, la Russie s’étant abstenue, tout comme l’année dernière. Il a affirmé que l’opération de l’UE n’avait pas réussi à arrêter le flux d’armes illégales vers la Libye.

La brève résolution prolonge d’un an l’autorisation des inspections et réaffirme la « détermination du Conseil de sécurité selon laquelle le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, constitue l’une des menaces les plus graves à la paix et à la sécurité ». L’autorisation de surveiller l’embargo sur les armes de l’ONU peut être étendue à d’autres pays et organisations régionales.

La Libye riche en pétrole a plongé dans la tourmente après qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 a renversé le dictateur Mouammar Kadhafi, qui a ensuite été tué. Il a ensuite été divisé entre des gouvernements rivaux – un à l’est, soutenu par le commandant militaire Khalifa Hifter, et une administration soutenue par l’ONU dans la capitale, Tripoli. Chaque camp est soutenu par différentes milices et puissances étrangères.

En avril 2019, Hifter et ses forces, soutenus par l’Égypte et les Émirats arabes unis, ont lancé une offensive pour tenter de capturer Tripoli. Sa campagne s’est effondrée après que la Turquie a intensifié son soutien militaire au gouvernement soutenu par l’ONU. Un cessez-le-feu d’octobre 2020 a conduit à un accord sur un gouvernement de transition et des élections visant à unifier le pays qui étaient prévues pour décembre 2021. Mais elles ont été annulées et le pays a maintenant des gouvernements rivaux avec deux Libyens prétendant être Premier ministre.

L’effort de surveillance de l’embargo sur les armes est mené depuis mars 2020 par une mission de l’Union européenne appelée Opération Irini, le mot grec pour « paix ». L’UE a déclaré au début qu’elle aurait pour « tâche principale la mise en œuvre de l’embargo sur les armes de l’ONU grâce à l’utilisation de moyens aériens, satellitaires et maritimes ».

Dans son dernier rapport fin mars, l’opération Irini a déclaré que depuis son lancement, elle avait arraisonné et inspecté 25 navires suspects et saisi des cargaisons considérées comme violant l’embargo sur les armes à trois reprises. Il a déclaré que des navires battant pavillon turc avaient refusé à Irini le consentement d’arraisonner et d’inspecter des navires suspects à 10 reprises.

L’opération Irini a également enquêté sur 8 958 navires marchands en recherchant des informations dans des appels radio et a visité 447 navires avec le consentement de leurs capitaines, et elle a également enquêté sur 1 146 vols suspects, 25 aéroports et 16 ports. En mars, a déclaré Irini, il a enquêté sur 311 navires marchands via des appels radio et effectué 13 visites de navires.

L’ambassadrice adjointe de la Russie à l’ONU, Anna Evstigneeva, a déclaré au Conseil après le vote que l’opération maritime militaire de l’UE n’avait pas aidé à stabiliser la situation sur le terrain en Libye qui « continue d’être inondée d’armes ». Et elle a dit que les quelques interceptions d’Irini prétendument réussies « ont causé de nombreux doutes principalement en raison des conclusions hâtives concernant la nature militaire des marchandises qui ont été inspectées ».

Evstigneeva a déclaré que « l’expérience pas tout à fait réussie d’Irini » réaffirme la nécessité d’efforts multilatéraux pour trouver des solutions multilatérales aux « situations aiguës » en Libye et dans toute la Méditerranée.