28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

L’Iran veut l’assurance des USA qu’il n’abandonnera jamais l’accord nucléaire s’il est relancé

Iran USA

DUBAI (Reuters) – L’Iran a déclaré lundi que les États-Unis devraient fournir des garanties qu’ils n’abandonneront pas à nouveau l’accord nucléaire de Téhéran de 2015 avec les puissances mondiales, si les pourparlers visant à relancer l’accord réussissent.

Les pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis, au point mort en juin après l’élection du président iranien radical Ebrahim Raisi, devraient reprendre https://www.reuters.com/world/middle-east/quest-more-leverage-drives -irans-nuclear-stalling-tactic-analysts-say-2021-10-05 le 29 novembre à Vienne pour trouver des moyens de rétablir l’accord de 2015.

Il s’est érodé depuis 2018, lorsque le président américain de l’époque, Donald Trump, s’en est retiré et a réimposé des sanctions contre l’Iran, incitant Téhéran à enfreindre les limites imposées sur l’enrichissement d’uranium l’année suivante.

« Les Etats-Unis devraient montrer qu’ils ont la capacité et la volonté de fournir des garanties qu’ils n’abandonneront pas à nouveau l’accord si les pourparlers pour le relancer réussissent », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh lors d’une conférence de presse virtuelle.

Faisant écho à la position officielle de l’Iran, Khatibzadeh a déclaré que Washington doit lever toutes les sanctions imposées à Téhéran dans un processus vérifiable et « reconnaître sa faute en abandonnant le pacte ».

Cette position actuelle est susceptible de susciter des inquiétudes aux États-Unis et chez leurs alliés européens – la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne – qui la jugent irréaliste et souhaitent reprendre les pourparlers de juin là où ils s’étaient arrêtés sans nouvelles exigences.

Un diplomate occidental a déclaré que si Téhéran continuait véritablement d’exiger une garantie et une levée totale des sanctions, cela signifiait que l’Iran n’était pas sérieux au sujet des pourparlers.

Khatibzadeh a déclaré qu’Ali Bagheri Kani, qui est le principal négociateur nucléaire de l’Iran, se rendra cette semaine, en tant que vice-ministre des Affaires étrangères chargé des affaires politiques, dans les capitales de trois parties européennes au pacte.

Une source diplomatique française, Bagheri Kani, rencontrerait mardi à Paris le négociateur en chef de la France. Un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré que Bagheri Kani serait à Londres jeudi.

« Nous exhorterons l’Iran à saisir l’opportunité de conclure rapidement l’accord sur le plan d’action global conjoint (JCPoA) sur la table », a déclaré le porte-parole, ajoutant que Londres ferait également pression pour la libération immédiate des ressortissants britanniques détenus.