28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Les USA lancent un accord temporaire avec l’Iran afin de gagner du temps pour les négociations nucléaires

Uranium Iran

Le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan a évoqué avec son homologue israélien l’idée d’un accord intérimaire avec l’Iran pour gagner plus de temps pour les négociations nucléaires, me disent trois sources israéliennes et américaines.

Pourquoi c’est important : L’idée n’est que préliminaire, et l’administration Biden continue d’insister pour que l’intégralité de l’accord nucléaire de 2015 soit rétablie. Mais avec la reprise des pourparlers nucléaires à Vienne le 29 novembre, cela ouvre une fenêtre sur au moins une partie de la réflexion au sein de l’administration.

Restez au courant des dernières tendances du marché et des informations économiques avec Axios Markets. Abonnez-vous gratuitement

Dans les coulisses : Ces dernières semaines, Sullivan a évoqué l’idée d’un accord intérimaire tout en discutant des prochaines étapes du dossier nucléaire iranien avec son homologue Eyal Hulata.

Deux sources américaines familières avec l’appel ont déclaré que les deux n’étaient qu’un « brainstorming » et que Sullivan transmettait une idée avancée par l’un des alliés européens de l’Amérique.

La justification d’un accord intérimaire est que les avancées nucléaires spectaculaires de l’Iran ont placé Téhéran très près des niveaux d’enrichissement d’uranium nécessaires pour une arme nucléaire.

Selon des sources américaines, l’idée était qu’en échange d’un gel de l’Iran (par exemple, sur l’enrichissement d’uranium à 60 %), les États-Unis et leurs alliés pourraient débloquer des fonds iraniens gelés ou accorder des dérogations aux sanctions sur les biens humanitaires.

L’autre côté : Hulata a dit à Sullivan qu’il pensait que ce n’était pas une bonne idée et a souligné la crainte israélienne que tout accord intérimaire devienne un accord permanent permettant à l’Iran de maintenir son infrastructure nucléaire et ses stocks d’uranium, a déclaré un responsable israélien.

Dans un autre appel avec Sullivan mardi, Hulata a également souligné que les États-Unis et leurs alliés européens doivent faire pression pour une résolution de censure contre l’Iran lors de la réunion de la semaine prochaine de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à Vienne, a déclaré une source proche des conversations.

Une telle décision de censurer l’Iran interviendrait quelques jours seulement avant la reprise des pourparlers nucléaires.

Un porte-parole du Conseil national de sécurité israélien a déclaré que les détails de cette histoire étaient inexacts, mais n’a pas précisé quels détails et n’a pas nié que l’idée d’un accord intérimaire avait été discutée.

Pendant ce temps, l’émissaire américain pour l’Iran, Rob Malley, s’est rendu en Israël cette semaine et a rencontré Hulata ainsi que le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, qui ont tous deux soutenu que le seul moyen de ramener l’Iran à l’accord de 2015 était d’augmenter plutôt que de relâcher la pression, selon un haut responsable israélien.

Malley a clairement indiqué que l’administration Biden pense également que davantage de pression sur l’Iran est nécessaire. La principale différence concerne le calendrier des nouvelles mesures contre l’Iran, a déclaré le responsable.

Ce qu’il faut regarder : L’approche américaine consiste à se rendre à Vienne de bonne foi et voir ce que l’Iran propose, a déclaré une source américaine familière avec la politique de l’administration.

Si les Iraniens font des exigences extrêmes, il sera alors possible pour les États-Unis d’amener d’autres puissances mondiales, dont la Russie et la Chine, à augmenter la pression, a affirmé la source.

La position de l’Iran à l’approche des pourparlers est que les États-Unis doivent dédommager l’Iran pour son retrait de l’accord, lever toutes les sanctions (pas seulement nucléaires) imposées depuis 2015 en une seule fois, plutôt que par étapes, et fournir l’assurance qu’aucune future administration ne se retirera de l’accord. l’accord.

Prochaine étape : le 22 novembre, le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, se rendra à Téhéran pour discuter des préoccupations de l’agence concernant les limitations imposées aux inspecteurs de l’ONU dans le pays, suivi de la réunion du conseil d’administration de l’AIEA sur l’Iran (24-25 novembre) et la reprise des négociations (29 novembre).