27/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Les USA accusent l’Iran d’être derrière une attaque de drones contre une base américaine en Syrie

Drone

WASHINGTON (AP) – Des responsables américains disent croire que l’Iran était à l’origine de l’attaque de drones la semaine dernière contre l’avant-poste militaire dans le sud de la Syrie où sont basées les troupes américaines.

Des responsables ont déclaré lundi que les États-Unis pensaient que l’Iran avait financé et encouragé l’attaque, mais que les drones n’avaient pas été lancés depuis l’Iran. Il s’agissait de drones iraniens, et l’Iran semble avoir facilité leur utilisation, ont déclaré des responsables, s’exprimant sous couvert d’anonymat pour discuter de détails qui n’ont pas été rendus publics.

Les responsables ont déclaré qu’ils pensaient que les attaques impliquaient jusqu’à cinq drones chargés de charges explosives et qu’elles avaient touché à la fois le côté américain de la garnison d’al-Tanf et le côté où se trouvaient les forces d’opposition syriennes.

Aucun blessé ou mort n’a été signalé à la suite de l’attaque.

Les troupes américaines et de la coalition sont basées à al-Tanf pour entraîner les forces syriennes à patrouiller pour contrer les militants de l’État islamique. La base est également située sur une route servant de lien vital pour les forces soutenues par l’Iran de Téhéran jusqu’au sud du Liban et à Israël.

Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a refusé de fournir des détails lorsqu’il a été interrogé sur le rapport lors d’une conférence de presse lundi. Il l’a qualifiée d' »attaque complexe, coordonnée et délibérée » et a déclaré que les États-Unis en avaient déjà vu des milices chiites soutenues par l’Iran. Mais il n’a pas voulu entrer dans les détails et a déclaré qu’il n’avait aucune mise à jour sur les munitions utilisées dans l’attaque.

Kirby a également refusé de dire si les troupes avaient été averties à l’avance ou si les États-Unis avaient l’intention de réagir militairement.

« La protection et la sécurité de nos troupes à l’étranger restent une préoccupation primordiale pour le secrétaire », a déclaré Kirby, se référant au secrétaire à la Défense Lloyd Austin, « et que s’il doit y avoir une réponse, ce sera à un moment, un lieu et un manière de notre choix, et nous n’allons certainement pas devancer ce genre de décisions.

Les médias pro-iraniens ont déclaré que l’attaque contre Tanf avait été menée par des «alliés de la Syrie» – une référence apparente aux groupes soutenus par l’Iran – en représailles à une attaque quelques jours plus tôt près de la ville syrienne historique de Palmyre. Israël a été blâmé pour l’attaque, mais les responsables américains disent que l’Amérique n’y était pas impliquée.

« Vous pouvez considérer que la frappe sur Tanf était une mise en œuvre » des promesses précédentes des alliés syriens de riposter à Palmyre, selon un responsable de l’Axe de la Résistance, une alliance politico-militaire anti-occidentale qui comprend l’Iran, la Syrie , le Hezbollah et d’autres groupes combattant aux côtés des forces du président syrien Bashar Assad.

L’attaque d’al-Tanf est survenue dans une période de tensions croissantes avec l’Iran. L’administration Biden a déclaré cette semaine que les efforts diplomatiques internationaux pour ramener l’Iran dans les négociations pour revenir à un accord nucléaire de 2015 étaient à un  » endroit critique  » et que la patience s’épuise.

La dernière grande attaque iranienne contre les forces américaines a eu lieu en janvier 2020, lorsque Téhéran a lancé un barrage de missiles balistiques sur la base aérienne d’al-Asad en Irak. Les troupes américaines et de la coalition ont été averties des missiles entrants et ont pu se mettre à couvert, mais plus de 100 militaires américains ont subi des lésions cérébrales traumatiques à la suite des explosions.

L’attaque contre l’Iran faisait suite à la frappe de drones américains au début du mois près de l’aéroport de Bagdad qui a tué le général iranien Qassem Soleimani et le chef de la milice irakienne Abu Mahdi al-Muhandis.

Deux mois après l’assaut d’al-Asad, des avions de chasse américains ont frappé cinq sites en représailles, ciblant des membres de la milice chiite soutenue par l’Iran et soupçonnés d’être responsables de l’attaque à la roquette de janvier.