15/06/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le Premier ministre libanais rend visite aux troupes à la frontière avec Israël tandis que l’Arabie saoudite évacue les familles des diplomates

BEYROUTH (AP) — Le Premier ministre par intérim du Liban a rendu visite mardi aux troupes déployées près de la frontière avec Israël et aux soldats de maintien de la paix de l’ONU, alors que l’Arabie saoudite évacuait les familles du personnel diplomatique en raison des affrontements en cours entre les militants du Hezbollah et les troupes israéliennes .

Cette décision saoudienne intervient dans un contexte de tensions croissantes le long de la frontière libano-israélienne, où les membres du Hezbollah échangent quotidiennement des tirs avec les troupes israéliennes depuis deux semaines.

Il n’y a eu aucune annonce officielle de la part des autorités saoudiennes, mais cette décision est intervenue quelques jours après que l’Arabie saoudite a exhorté ses citoyens à quitter immédiatement le Liban. Des responsables s’exprimant sous couvert d’anonymat, conformément à la réglementation, ont déclaré que l’ambassadeur saoudien au Liban, Waleed Bukhari, l’attaché militaire et d’autres membres du personnel n’étaient pas parmi les 65 personnes quittant le Liban mardi après-midi.

La visite du Premier ministre libanais Najib Mikati dans cette province du sud sous tension était sa première depuis que des affrontements ont éclaté le long de la frontière suite à une attaque surprise du groupe palestinien Hamas contre Israël le 7 octobre. Elle a également eu lieu deux jours après la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu . dimanche, des troupes le long de la frontière.

Mikati et les gouvernements internationaux se sont efforcés d’empêcher la guerre entre Israël et le Hamas de s’étendre au Liban, où le puissant groupe du Hezbollah a averti Israël d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza sous blocus .

Le chef adjoint du Hezbollah, Cheikh Naim Kassem, a déclaré que le groupe était au « cœur » de la guerre pour « défendre Gaza et faire face à l’occupation ».

« Son doigt est sur la gâchette dans la mesure où il le juge nécessaire pour la confrontation », a tweeté Kassem.

Les affrontements entre le Hezbollah et l’armée israélienne se sont jusqu’à présent limités à plusieurs villes situées le long de la frontière.

Les journalistes de la télévision Al-Manar du Hezbollah ont rapporté qu’une attaque d’hélicoptère israélien a frappé une position vide près de la ville frontalière de Houla, après qu’un missile tiré depuis le Liban ait touché une position militaire israélienne. L’armée israélienne a déclaré que l’attaque antimissile avait touché une position à Manara sans faire de victimes. Ils ont ajouté qu’ils avaient frappé un groupe de militants au Mont Dov, un territoire contesté connu sous le nom de Fermes de Chebaa au Liban, où se rencontrent les frontières du Liban, de la Syrie et d’Israël.

Parallèlement, le leader politique druze du Liban, Walid Joumblatt, a déclaré qu’il était d’accord avec Mikati et son allié du Hezbollah, Nabih Berri, qui est le président du parlement libanais, sur le fait que la guerre ne devrait pas s’étendre davantage à ce petit pays méditerranéen. Joumblatt a déclaré qu’il avait eu des appels téléphoniques avec de hauts responsables de la sécurité du Hezbollah à ce sujet.

“Mais l’affaire ne dépend pas uniquement du Hezbollah (…) Israël pourrait avoir des intentions hostiles”, a déclaré Joumblatt après avoir rencontré des responsables religieux et des membres du clergé druzes à Beyrouth. “Il faut s’attendre au pire.”

Israël et le Hezbollah ont mené une guerre d’un mois en 2006 qui s’est soldée par une impasse. Israël considère le Hezbollah, soutenu par l’Iran, comme sa menace la plus sérieuse, estimant qu’il dispose d’environ 150 000 roquettes et missiles pointés vers Israël.

Pendant ce temps, le président français Emmanuel Macron s’est rendu en Israël mardi, où il a réaffirmé ses appels à empêcher la guerre de s’étendre au Liban et au monde arabe dans son ensemble, et a appelé à un processus politique « décisif » avec les Palestiniens pour une paix viable.

Macron a mis en garde le Hezbollah et d’autres groupes soutenus par l’Iran contre l’ouverture d’un nouveau front dans la guerre en cours, et a indiqué que Paris avait exprimé ces inquiétudes dans une communication directe avec le Hezbollah.

« Ce serait ouvrir la porte à un enfer régional dont tout le monde sortirait perdant », a-t-il déclaré.