21/07/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

« Assez, c’est assez » : l’émir du Qatar s’en prend aux partisans d’Israël

EMIR QATAR

AFP- Le dirigeant qatari s’en est pris mardi aux partisans d’Israël, les accusant de lui avoir donné “le permis libre de tuer” dans sa guerre contre le Hamas et s’interrogeant sur les résultats du conflit. Les grandes puissances, dont les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, se sont rassemblées pour soutenir Israël et ont affirmé son droit à se défendre après l’attaque meurtrière de ce mois-ci par le groupe islamiste palestinien.

Des militants du Hamas ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza le 7 octobre, tuant au moins 1 400 personnes, pour la plupart des civils, et prenant 222 otages, selon des responsables israéliens.

Plus de 5 000 Palestiniens, principalement des civils, ont été tués dans la bande de Gaza lors des bombardements israéliens incessants en représailles à l’attaque, selon le ministère de la Santé du territoire, dirigé par le Hamas.

“Nous disons que cela suffit”, a déclaré l’émir Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani lors d’une réunion du Conseil de la Choura, l’organe législatif du Qatar, selon une traduction publiée par la cour royale.

“Il est intenable qu’Israël reçoive un feu vert inconditionnel et un permis gratuit de tuer, et il n’est pas non plus tenable de continuer à ignorer la réalité de l’occupation, du siège et de la colonisation.”

Le Qatar, allié des États-Unis qui héberge une importante base militaire américaine, abrite également un bureau du Hamas qui sert également de résidence principale à son dirigeant auto-exilé Ismail Haniyeh.

La riche monarchie du Golfe a servi de canal de communication avec le Hamas et joue un rôle clé dans les négociations visant à libérer les otages, dont quatre ont été libérés jusqu’à présent.

“Il ne devrait pas être permis à notre époque d’utiliser la coupure d’eau et l’interdiction de médicaments et de nourriture comme des armes contre une population entière”, a déclaré l’émir, faisant référence au siège de Gaza par Israël.

“Nous appelons à une position régionale et internationale sérieuse face à cette dangereuse escalade à laquelle nous assistons et qui menace la sécurité de la région et du monde.”

Il a ajouté : « Nous aimerions demander à ceux qui se sont alignés sur la guerre et à ceux qui cherchent à museler toute opinion dissidente : que se passerait-il au lendemain de cette guerre ?

“Cela apporterait-il sécurité et stabilité aux Israéliens et aux Palestiniens ? Vers où se dirigeraient les Palestiniens par la suite ?”

Les dirigeants britanniques, français, allemands, italiens et américains se sont tous rendus en Israël depuis l’attaque du 7 octobre.