15/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le Conseil de sécurité de l’ONU peine à conclure un accord d’aide à la Syrie alors que son mandat expire

Syrie

NATIONS UNIES, 10 juillet (Reuters) – Un mandat du Conseil de sécurité de l’ONU pour l’acheminement de l’aide de l’ONU à quelque 4 millions de personnes en Syrie depuis la Turquie a expiré dimanche alors que les diplomates s’efforçaient de trouver un accord avec la Russie, qui a échangé des barbes avec les États-Unis sur le renouvellement. de l’opération.

L’Irlande et la Norvège travaillent toujours pour parvenir à un compromis, ont déclaré des diplomates, mais un vote dimanche était peu probable, de sorte que l’énorme opération d’aide de l’ONU serait interrompue. En 2020, le mandat a expiré, mais a été renouvelé un jour plus tard lors de la cinquième tentative du conseil.

Le chef de l’aide de l’ONU, Martin Griffiths, a déclaré dimanche à la télévision canadienne CBC que l’opération, qui fournit de l’aide, notamment de la nourriture, des médicaments et des abris, était une bouée de sauvetage et que si elle ne peut pas continuer, « des gens mourront ».

La Russie a opposé son veto à une prolongation d’un an vendredi, puis a échoué dans sa propre campagne pour un renouvellement de six mois, ce qui aurait obligé l’organe de 15 membres à adopter une nouvelle résolution en janvier pour la prolonger de six mois supplémentaires.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont déclaré qu’une prolongation de six mois n’était pas assez longue pour que les groupes d’aide puissent planifier et opérer efficacement.

L’ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, s’est entretenue dimanche avec des groupes d’aide, qui lui ont dit que sans l’opération de l’ONU, 70 % des besoins alimentaires ne seraient pas satisfaits. »

« Toute une génération est en danger », a-t-elle posté sur Twitter. « Les ONG (groupes d’aide) ont demandé au CSNU de continuer à se battre pour sauver ces vies… Nous avons travaillé tout le week-end avec le CSNU pour trouver un compromis. »

L’ambassadeur adjoint russe à l’ONU, Dmitry Polyanskiy, a répondu sur Twitter : « Il n’est pas nécessaire de se battre et vous le savez parfaitement ! » Il a déclaré que la Russie n’essayait pas de tuer l’opération de l’ONU et voulait simplement la rendre plus efficace et transparente.

Après les deux votes du conseil vendredi, Polyanskiy a déclaré que Moscou continuerait d’opposer son veto à tout texte autre que le sien.

La Russie soutient que l’opération d’aide de l’ONU viole la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Syrie. Il indique que davantage d’aide devrait être acheminée depuis l’intérieur du pays, ce qui fait craindre à l’opposition que la nourriture et d’autres aides ne tombent sous le contrôle du gouvernement.

Le vote du Conseil de sécurité sur l’autorisation de l’opération d’aide est depuis longtemps une question controversée, mais cette année survient également au milieu de tensions accrues entre la Russie et les puissances occidentales à propos de l’invasion de l’Ukraine par Moscou le 24 février.

En 2014, le Conseil de sécurité a autorisé les livraisons d’aide humanitaire dans les zones tenues par l’opposition en Syrie depuis l’Irak, la Jordanie et deux points en Turquie. Mais les pouvoirs de veto de la Russie et de la Chine ont réduit cela à un seul point frontalier turc.