20/04/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’Afrique du Sud déclare à la Cour suprême de l’ONU qu’elle accuse Israël d’apartheid contre les Palestiniens

gaza

LA HAYE, Pays-Bas (AP) — L’Afrique du Sud a soutenu mardi devant le plus haut tribunal des Nations Unies qu’Israël est responsable de l’apartheid contre les Palestiniens et que l’occupation par Israël des terres recherchées pour un État palestinien est « intrinsèquement et fondamentalement illégale ». Israël rejette de telles affirmations.

Les représentants sud-africains s’exprimaient lors de la deuxième journée d’ audience à la Cour internationale de Justice concernant une demande de l’Assemblée générale d’un avis consultatif non contraignant sur la légalité de la politique israélienne dans les territoires occupés.

« L’Afrique du Sud a une obligation particulière, à la fois envers son propre peuple et envers la communauté internationale, de veiller à ce que partout où les pratiques flagrantes et offensantes de l’apartheid se produisent, elles soient dénoncées pour ce qu’elles sont et y mettent un terme immédiat », a déclaré le pays. » a déclaré l’ambassadeur aux Pays-Bas, Vusimuzi Madonsela, devant un panel de 15 juges internationaux.

Israël rejette les accusations d’apartheid et rejette généralement les organes de l’ONU et les tribunaux internationaux comme étant injustes et partiaux à son encontre. Israël ne fait aucune déclaration lors des audiences, qui se déroulent sur fond de guerre à Gaza qui a tué plus de 29 000 Palestiniens , selon le ministère de la Santé de Gaza.

Israël a envoyé l’année dernière une communication écrite dans laquelle il affirmait que les questions posées à la Cour étaient partiales et « ne reconnaissaient pas le droit et le devoir d’Israël de protéger ses citoyens », répondaient aux préoccupations de sécurité israéliennes ou ne reconnaissaient pas les accords passés avec les Palestiniens pour négocier « le statut permanent du territoire, dispositions en matière de sécurité, colonies et frontières.

Israël a capturé la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967. Les Palestiniens recherchent ces trois domaines pour un État indépendant. Israël considère la Cisjordanie comme un territoire contesté et affirme que son avenir devrait être décidé lors de négociations.

Israël a également construit des colonies à travers la Cisjordanie, dont beaucoup ressemblent à des banlieues et à de petites villes entièrement développées. Les colonies abritent plus de 500 000 colons juifs, tandis qu’environ 3 millions de Palestiniens vivent sur le territoire. Israël a annexé Jérusalem-Est et considère la ville entière comme sa capitale.

La communauté internationale considère dans sa très grande majorité que les colonies sont illégales. L’annexion par Israël de Jérusalem-Est, qui abrite les lieux saints les plus sensibles de la ville, n’est pas reconnue internationalement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi dans un communiqué qu’Israël ne reconnaissait pas la légitimité des discussions à la Cour internationale de Justice. Il a qualifié cette affaire de « partie de la tentative palestinienne de dicter les résultats de l’accord politique sans négociations ».

Le représentant sud-africain Pieter Andreas Stemmet a déclaré mardi au tribunal que les colonies ont étendu la « nature temporaire de l’occupation à une situation permanente en violation du droit des Palestiniens à l’autodétermination ».

Les arguments juridiques de l’Afrique du Sud faisaient écho à ceux avancés la veille par les représentants palestiniens alors que six jours d’audience s’ouvraient devant le tribunal basé aux Pays-Bas. Après l’ouverture des audiences par les Palestiniens, un total de 51 nations et trois organisations internationales devraient s’adresser à la Cour, qui mettra probablement des mois à rendre son avis consultatif.

Les Palestiniens soutiennent que l’occupation militaire illimitée d’Israël a violé l’interdiction de la conquête territoriale et le droit des Palestiniens à l’autodétermination, et a imposé un système de discrimination raciale et d’apartheid.

« Cette occupation est de nature annexionniste et suprémaciste », a déclaré mardi le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riad Malki. Il a appelé la Cour à défendre le droit des Palestiniens à l’autodétermination et à déclarer « que l’occupation israélienne est illégale et doit cesser immédiatement, totalement et sans condition ».

L’Afrique du Sud a une longue histoire de soutien aux Palestiniens . Son parti au pouvoir, l’African National Congress, compare depuis longtemps la politique d’Israël à Gaza et en Cisjordanie à sa propre histoire sous le régime d’apartheid de la minorité blanche, qui a restreint la plupart des Noirs à des « homelands » avant de prendre fin en 1994.

Cela a conduit l’Afrique du Sud à lancer une procédure distincte devant la Cour internationale de Justice, accusant Israël de génocide lors de son attaque contre Gaza qui a suivi les attaques meurtrières du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël. Lors des audiences de janvier, Israël a fermement rejeté cette allégation. Le conseiller juridique israélien Tal Becker a déclaré que le pays mène une « guerre qu’il n’a pas déclenchée et qu’il n’a pas voulu ».

Une décision finale dans cette affaire sera probablement rendue dans des années, mais le tribunal a rendu une ordonnance préliminaire ordonnant à Israël de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la mort, la destruction et tout acte de génocide lors de sa campagne à Gaza .