04/12/2022

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

La Chine lance un accord de coopération avec l’Iran et dénonce les sanctions unilatérales américaines

Chine Iran

Les ministres des Affaires étrangères de la Chine et de l’Iran se sont rencontrés vendredi pour annoncer qu’un accord de coopération de 25 ans entre les deux pays avait été lancé, tandis que la Chine en a également profité pour critiquer les sanctions unilatérales des États-Unis contre l’Iran, a rapporté Reuters .

L’accord de coopération, qui a été signé en mars dernier, établit un partenariat entre les deux pays dans des domaines tels que les soins de santé, les infrastructures, la cybersécurité et l’agriculture, a noté le média.

L’entreprise chinoise Belt and Road, d’une valeur de plusieurs billions de dollars, implique désormais l’Iran, et l’ accord vise également à renforcer les partenariats avec d’autres pays. Mais les États-Unis et d’autres pays ont exprimé leur inquiétude face à l’accord, a rapporté Reuters.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a également exprimé son soutien à la reprise des négociations sur l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, mais il a critiqué les États-Unis pour avoir imposé des sanctions unilatérales contre l’Iran. Les États-Unis ont également imposé des sanctions à la Chine et maintiennent un boycott diplomatique sur les prochains Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022.

En 2018, le président Trump a retiré les États-Unis de l’accord de 2015, qui obligeait l’Iran à limiter l’enrichissement d’uranium en échange d’un assouplissement des sanctions contre le pays. Un an plus tard, l’Iran a commencé à violer les termes de l’accord et les négociations internationales ont depuis lutté.

Le ministre chinois des Affaires étrangères a déclaré que son pays était contre toute implication dans les affaires personnelles de l’Iran, les sanctions américaines contre ce pays du Moyen-Orient et l’utilisation des droits de l’homme et d’autres sujets comme manipulation politique, a rapporté Reuters.

La communauté internationale a tenu plusieurs séries de pourparlers pour réviser les négociations sur l’accord sur le plan d’action global conjoint de 2015, sans participation directe des États-Unis étant donné que le pays n’est pas un parti officiel.

Plus tôt cette semaine, plus de 100 républicains de la Chambre ont écrit une lettre au secrétaire d’État Antony Blinken pour mettre fin à l’engagement en cours dans les négociations, affirmant que « les récentes déclarations des responsables de l’administration sur les pourparlers de Vienne ont clairement indiqué qu’il n’y a pas de voie diplomatique productive. en ce moment. »