18/01/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Iran : La reprise de la production de l’uranium enrichi à 20%

Uranium Iran

DUBAÏ (Reuters) – L’Iran a repris dans son usine souterraine de Fordo la production de l’uranium enrichi à hauteur de 20%, un niveau bien supérieur au seuil fixé par l’accord de Vienne de 2015, a annoncé lundi son gouvernement.

« Il y a quelques minutes, le processus de production d’uranium enrichi à 20% a commencé dans le complexe d’enrichissement de Fordo », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabeie, à l’agence de presse Mehr.

Il s’agit de la dernière violation en date par l’Iran de l’accord international de Vienne, dont Téhéran a commencé à s’affranchir en 2019 à la suite du retrait des Etats-Unis l’année précédente et du rétablissement de sanctions américaines à son encontre.

Cette nouvelle violation pourrait contrarier la volonté du président élu Joe Biden, qui doit être investi le 20 janvier, de ramener les Etats-Unis dans l’accord si l’Iran en respecte les termes.

L’équipe de transition de Joe Biden a refusé de commenter l’annonce iranienne.

L’administration sortante de Donald Trump a pour sa part critiqué la décision de l’Iran, qualifiant la reprise de la production d’uranium enrichi à 20% de « chantage nucléaire ».

« La reprise de l’enrichissement de l’uranium à 20% par l’Iran sur le site de Fordo est une tentative d’intensifier sa campagne de chantage nucléaire, une tentative qui n’aboutira pas », a déclaré un porte-parole du département d’Etat américain.

A Bruxelles, un porte-parole de la Commission européenne a dit que cette « initiative, si elle est confirmée, constituerait un écart considérable par rapport aux engagements de l’Iran ».

En réaction à l’annonce iranienne, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a déclaré que ses inspecteurs étaient en train de surveiller les activités de l’usine d’enrichissement d’uranium de Fordo.

« Sur la base de ces informations, le directeur général de l’agence Rafael Mariano Grossi devrait soumettre un rapport aux Etats membres de l’AIEA dans la journée », a déclaré dans un courriel transmis à Reuters le porte-parole de l’organisation.

Le 1er janvier, l’Agence internationale de l’énergie atomique a déclaré que Téhéran lui avait fait part de son intention de reprendre l’enrichissement à hauteur de 20% sur le site de Fordo, enfoui sous une montagne.

Le degré d’enrichissement d’uranium autorisé par le pacte est fixé à 3,67%. Téhéran l’a déjà dépassé jusqu’à 4,5%, soit bien en dessous des 20% atteints avant la conclusion de l’accord et des quelque 90% nécessaires à un usage militaire.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré lundi que la reprise par l’Iran de l’enrichissement de l’uranium à 20% visait à développer des armes nucléaires et qu’Israël ne permettrait jamais à Téhéran de les construire.

Selon Benjamin Netanyahu, la décision de l’Iran d’enrichir de l’uranium ne peut s’expliquer que comme une tentative de « continuer à réaliser son intention de développer un programme nucléaire militaire ».

« Israël ne permettra pas à l’Iran de produire des armes nucléaires », a-t-il ajouté dans un communiqué.