Independance day : Le peuple Algérien est sorti massivement pour demander la fin du système

Partagez cet article

Vingtième vendredi de contestation pour le peuple algérien qui est descendu une nouvelle fois dans la rue ce 5 juillet. La foule réclamait le départ d’Ahmed Gaïd Salah, le chef de l’armée à la tête de l’État depuis le départ d’Abdelaziz Bouteflika. Ce vendredi coïncidait en outre avec l’anniversaire de l’indépendance du pays.

Donc en ce vendredi 5 juillet,  journée de commémoration avait tout pour devenir historique: pour fêter les 57 ans de leur indépendance, des milliers d’Algériens – sans doute davantage – sont descendus un vingtième vendredi d’affilée dans la rue pour réclamer leur «seconde indépendance», à savoir le départ des militaires et des cadres du FLN au pouvoir. En fin d’après-midi, une foule immense défilait dans les rues d’Alger et les manifestants ont forcé le barrage des policiers postés autour de l’esplanade de la Grande Poste, lieu emblématique de la contestation depuis ses débuts le 22 février.

«Partez, libérez l’Algérie», «Pour une Algérie libre et démocratique», «FLN dégage», «Y en a marre des généraux», pouvait-on entendre dans les rues de la ville. Les manifestants scandaient des slogans réclamant le départ d’Ahmed Gaïd Salah, le chef de l’armée à la tête de l’État depuis le départ d’Abdelaziz Bouteflika et la libération des manifestants incarcérés, et notamment celle de Lakhdar Bouregaâ. Ce vétéran de l’indépendance a été arrêté samedi 29 juin, il est accusé «d’atteinte au moral des troupes de l’Armée nationale populaire et outrage à corps constitué».

Quoi qu’il en soit, c’est donc pari tenu pour l’avocat et défenseur des droits humains Mustapha Bouchachi, le diplomate et ex-ministre Abdelaziz Rahabi et d’autres personnalités qui avaient appelé à des manifestations «massives».

Donner votre avis