Grande manifestation à Alger, le pouvoir réprime les manifestants à place Audin

Partagez cet article

Huitième vendredi de manifestations populaires en Algérie, et le second depuis le départ du président Bouteflika. C’est une vraie marée humaine qui a envahi le centre d’Alger ce vendredi après-midi, avec pour point de rassemblement désormais habituel la place de la Grande Poste. C’est la fin complète de tout le système du pouvoir algérien que veulent ces protestataires, et le départ d’Abdelkader Bensalah, président par intérim et membre du clan Bouteflika depuis plus de quinze ans. “On est là comme tous les vendredi , dit cette femme, parce qu’aujourd’hui nos demandes ne sont toujours pas exaucées.

Nous voulons l’application des articles 7 et 8 de la constitution, qui donnent le pouvoir au peuple. Nous voulons que ce gang parte complètement. Pas de promotion, pas de Bensalah, nous ne voulons pas qu’il organise les élections, parce que la nation ne leur appartient pas”. “Je suis venue ici pour mes enfants. Ils ne méritent pas ça, ils ne méritent pas un régime qui ne les aime pas”! “Ils doivent partir ! Ils ne nous donnent ni la confiance, ni la liberté. C’est ce que nous voulons, c’est ce que nous exigeons” ! Le président Bouteflika, déclaré inapte, a été remplacé par le président de la chambre haute depuis 17 ans, Abdelkader Bensalah, en attendant une nouvelle élection présidentielle le 4 juillet prochain.

 A place Audin la police a chargé les manifestants, en les bombardant de bombes lacrymogènes, ce qui a provoqué des affrontements entre la police et les manifestants, beaucoup de manifestants ont été piégés par les gaz lacromogènes dans le tunnel des facultés. Algerie24 avec euronews

Donner votre avis