France: les “gilets jaunes” se mobilisent de nouveau,malgré des divisons dans leurs rangs

Partagez cet article

Paris (AFP) – Des centaines de “gilets jaunes” ont entamé une nouvelle journée de manifestations en France, malgré de récentes divisions dans leurs rangs, affichant toujours leur ténacité contre Emmanuel Macron dont la popularité remonte, dix jours après l’ouverture du grand débat national censé résoudre cette crise sociale inédite.

Rester visibles et audibles dans la rue, c’est le défi des “gilets jaunes” dont les manifestations contre la politique sociale et fiscale du gouvernement secouent chaque samedi plusieurs villes françaises, depuis mi-novembre.

Alors que plusieurs récents sondages créditent Emmanuel Macron d’un regain de popularité, leurs rangs sont divisés notamment après l’annonce mercredi de la création d’une liste intitulée “Rassemblement d’initiative citoyenne” aux européennes de mai.

Pour Gilbert Claro, 42 ans, venu de banlieue parisienne, “il y a un noyau dur qui est prêt à se battre encore” mais le mouvement “n’a pas vocation à être politique”.

Alors, pour entretenir la flamme, cet acte 11 des “gilets jaunes” mise sur de nouvelles stratégies.

A Paris, les manifestants seront dispersés entre quatre défilés déclarés, dont trois rejoindront la place de la Bastille, dans le centre de la capitale.

Samedi midi, plusieurs centaines de “gilets jaunes”, d’abord rassemblés sur les Champs-Élysées, où la circulation a été coupée, ont descendu l’avenue, en direction de la place de la Bastille dans le centre de la capitale, en passant notamment devant l’Assemblée nationale.

Parmi les manifestants, rares sont ceux convaincus par le grand débat lancé par le gouvernement il y a dix jours pour tenter de canaliser les colères. 1.500 réunions de débat-citoyen étaient référencées dans toute la France, vendredi.

“Le grand débat, c’est surtout une grande mascarade. On a l’impression qu?il y a une sélection des gens qui y participent”, déplore Mathieu Styrna, un menuisier de 36 ans venu du Nord pour manifester.

Et dans un autre cortège d’environ 500 gilets jaunes, dans l’est de Paris, Eric Drouet figure controversée du mouvement critiquait lui aussi ce grand débat estimant que le gouvernement veut “gagner du temps”.

– “Nuit jaune” –

D’autres rassemblements avaient lieu en-dehors de Paris.

A Strasbourg (est), entre 200 et 300 “gilets jaunes” se sont rassemblés devant le Parlement européen avant de prendre la direction du centre-ville.

Valentin Wimmer, un mécanicien retraité originaire de Molsheim, une ville voisine, regrette que “le mouvement commence à s’effriter” et se dit “pas tout à fait d’accord” avec la constitution d’une liste pour les élections européennes.

À Montpellier (sud), une centaine de manifestants se sont rassemblés en milieu de matinée dans le centre-ville et une cinquantaine autour d’un feu sur un rond-point occupé depuis le début du mouvement.

En Normandie (ouest), à Évreux, des “gilets jaunes” se sont aussi rassemblés dans la matinée, avec quelques “moments de tensions”, selon la préfecture.

A Paris, les “gilets jaunes” sont ensuite appelés à participer de 17H00 (16H00 GMT) à 22H00 (21H00 GMT) à une “Nuit jaune”, elle aussi déclarée, sur la place de la République, un lieu qui avait accueilli plusieurs semaines de rassemblements citoyens, intitulés “Nuit debout” en 2016.

Dimanche, au lendemain de cet acte XI, une autre manifestation est prévue: celle des “foulards rouges” pour faire entendre “la majorité silencieuse” et défendre “la démocratie et les institutions”, contre les violences qui ont émaillé plusieurs manifestations des “gilets jaunes” depuis novembre.

Donner votre avis