Dans les rues d’Alger les manifestations continuent, et Said Saadi hué à Béjaïa, vidéo

Partagez cet article

Vendredi 5 avril, les manifestants ont ciblé les restes du régime, en priorité le premier ministre, Noureddine Bedoui et les présidents du Conseil de la nation (Sénat) et du Conseil constitutionnel, Abdelkader Bensalah et Tayeb Belaïz.

Parmi la foule, qui s’est formée très tôt sur les marches de la Grande Poste et sur la place Maurice-Audin, on réclame le départ des «3B». «Au suivant! Aux grands maux, les grands moyens», «On ne veut plus de vous ni de votre gouvernement. Vous êtes illégitimes et d’un président illégitime», lit-on sur les affiches.

Parmi les manifestants, beaucoup ne reconnaissent pas le gouvernement nommé, dimanche dernier, par l’ancien président et demandent des comptes à ceux qui ont dirigé le pays ces dernières années. Sélim, 31 ans, tient une pancarte sur laquelle est inscrit «Plus de 127 morts en 2001. On n’a pas oublié.» Il revient sur les mesures répressives qui ont été utilisées contre les manifestants kabyles durant le printemps noir de 2001. «Ils doivent tous partir. Gaïd Salah en tête. C’est bon, il a fait une bonne chose, mais qu’il dégage», soutient ce jeune qui a fait la route depuis Akbou, 200 kilomètres à l’est de la capitale.

 Vidéo : Le Dr Said Saadi indésirable à Béjaïa

 

Donner votre avis