29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

CISJORDANIE : Comment les colons israëliens s’accaparent les terres des Bédouins palestiniens

carte palestine 1948

Le petit village surplombant le village bédouin d’Ein Rashash est surnommé « Les Anges de la Paix », mais, dit Sliman al-Zawahri, ses habitants n’ont infligé à sa famille que violence, peur et désespoir.

Cette semaine, la communauté bédouine a emballé la plupart de ses biens et a chassé toutes les femmes, les enfants et les personnes âgées de la crête de Cisjordanie où ils habitaient depuis près de quatre décennies, perchés au-dessus d’une source et à côté d’un site archéologique.

« Ils ne nous ont pas laissé d’air pour respirer », a déclaré Zawahri, 52 ans, décrivant une campagne de violence et d’intimidation qui a duré plusieurs mois et qui s’est intensifiée au cours des deux dernières semaines. D’abord, les villageois se sont vu interdire l’accès aux pâturages, et la source, puis la violence a atteint leurs maisons.

« Ils sont entrés dans le village et ont détruit des maisons et des bergeries, ont battu un homme de 85 ans et ont effrayé nos enfants. Petit à petit, nos vies sont devenues invivables.

Quelques hommes tentent de rester parmi les carcasses des maisons, les enclos pour animaux vides, les panneaux solaires brisés et les fenêtres brisées, revendiquant fragilement leur propre village.

Il ne s’agissait pas d’une tragédie individuelle. Les hommes des Anges de la Paix font partie d’un projet politique vaste, violent et très réussi visant à étendre le contrôle israélien sur la Cisjordanie, qui s’est accéléré, disent les activistes, depuis que les attaques du Hamas du 7 octobre ont déclenché une guerre avec Israël.

Les agents improbables de cet accaparement des terres sont les moutons et les chèvres, parqués par les colons radicaux dans de petits avant-postes.

Conquérir des terres en y construisant des maisons et des communautés est lent et coûteux. Prendre le contrôle de vastes étendues de collines arides nécessaires pour nourrir un troupeau d’animaux, en intimidant et en isolant les bergers palestiniens et en faisant venir un autre troupeau, est bien plus efficace.

« Il s’agit de la stratégie d’accaparement de terres la plus réussie depuis 1967 », a déclaré Yehuda Shaul, un éminent activiste qui est directeur du groupe de réflexion du Centre israélien des affaires publiques et fondateur de Breaking the Silence, une ONG qui dénonce les abus militaires dans les territoires occupés. zones.

Au cours de la seule année dernière, 110 000 dunams, soit 110 km² (42 miles carrés), ont été effectivement annexés par les colons installés dans des avant-postes de berger, a-t-il expliqué. Toutes les zones bâties construites depuis 1967 couvrent seulement 80 km².

Il s’agit également du plus grand déplacement de Bédouins palestiniens depuis 1972, lorsqu’au moins 5 000 – et peut-être jusqu’à 20 000 – personnes ont été déplacées du nord du Sinaï pour faire place aux colonies, a ajouté Shaul.

Les colons et leurs alliés politiques ont célébré cette approche relativement nouvelle.

« Une action que nous avons développée au fil des ans concerne les fermes de berger », a déclaré Ze’ev « Zambish » Hever, secrétaire général de l’organisation de colons Amana, lors d’une conférence en 2021.

« Aujourd’hui, ils couvrent près de deux fois la superficie des communautés bâties… nous comprenons l’importance de la question : voyez, c’est beaucoup.

Environ 450 000 Israéliens se sont installés dans ce qui est aujourd’hui la zone C de Cisjordanie – la zone sous contrôle militaire et politique israélien total – depuis le début de l’occupation des territoires palestiniens en 1967, certains motivés par des raisons religieuses ou nationalistes, et d’autres par des moyens moins coûteux. coût de la vie.

Leur présence est considérée par la majeure partie de la communauté internationale comme un obstacle majeur à une paix durable, mais jusqu’à récemment, l’accent a été mis sur les communautés d’habitations plutôt que sur les avant-postes de bergers.

En septembre, l’ONU a mis en garde contre la montée de la violence des colons ciblant les bergers palestiniens et les chassant de leurs maisons et de leurs terres.

« Au total, 1 105 personnes issues de 28 communautés – soit environ 12 % de leur population – ont été déplacées de leur lieu de résidence depuis 2022, citant comme principale raison la violence des colons et l’empêchement de l’accès des colons aux pâturages », indique l’ONU. le bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré .

Aujourd’hui, alors que l’armée israélienne se prépare à une invasion terrestre de Gaza , que les diplomates s’inquiètent de sauver les otages à Gaza et d’éviter une guerre régionale , et que la colère nationale règne après le massacre de 1 400 personnes le 7 octobre, l’attention se porte peu sur la Cisjordanie.

Dans un climat de peur pour les Palestiniens – le groupe israélien de défense des droits humains B’Tselem a déclaré que les soldats et les colons ont tué 62 Palestiniens en 10 jours – le déplacement des éleveurs s’est accéléré, affirment les militants.

Le Guardian a visité deux villages abandonnés en moins d’une semaine, Ein Rashash et Wadi a-Seeq, ainsi qu’un troisième où certaines familles envisageaient de partir.

« Il s’agit déjà du déplacement le plus important que nous ayons connu depuis les années 1970. Maintenant, vous avez vu deux villages abandonnés en une semaine », a déclaré Shaul. « C’est sous stéroïdes. »

Les bergers colons vivant près du village d’al-Mu’arrajat ont commencé à arrêter les Palestiniens, leur demandant leurs papiers d’identité et leur disant qu’ils avaient 24 heures pour quitter leur domicile, a déclaré Alia Mlehat, 27 ans.

Ils ont empêché les gens de quitter le village, les ont fait sortir de leur voiture et se sont déplacés entre les maisons, a-t-elle expliqué. Ils étaient tous équipés de fusils d’assaut et tiraient parfois en l’air.

« Depuis le début de la guerre, personne ne peut aller nulle part », a-t-elle déclaré. « C’est un lent processus d’approfondissement de la peur… il n’y a aucune issue, car la guerre a restreint nos vies. »

Les seuls déplacements hors de sa communauté étaient désormais des allers simples. « Un homme est déjà parti avec sa femme et ses enfants. Cinq autres familles envisagent de partir », a-t-elle déclaré.

Les bergers israéliens ont pris le contrôle de 10 % de la zone C et de 6 % de l’ensemble de la Cisjordanie en cinq ans environ, a déclaré Shaul, citant des chiffres compilés par Kerem Navot , une ONG qui suit l’activité des colons.

Le refus de l’accès aux pâturages ajoute la guerre économique à la violence physique. La suppression des terres pour le pâturage et la culture du fourrage oblige les éleveurs à vendre certains animaux, et avec des troupeaux plus petits, ils gagnent moins d’argent et sont plus vulnérables aux maladies, aux blessures ou à d’autres pertes.

« Les éleveurs palestiniens devraient être autonomes sur la base de leurs moyens de subsistance établis. Au lieu de cela, ils ont besoin d’une aide humanitaire en raison de la violence des colons et de l’incapacité des autorités israéliennes à demander des comptes aux auteurs de ces actes », indique le rapport de l’OCHA de l’ONU.

L’impact a été si grave qu’il pourrait constituer un crime de guerre, ajoute le communiqué. Parallèlement aux démolitions, aux expulsions et aux restrictions de déplacement et de construction, les attaques contre les bergers ont créé « un environnement coercitif qui contribue au déplacement qui peut équivaloir à un transfert forcé, une grave violation de la Quatrième Convention de Genève ».

L’enceinte des terres d’élevage a également laissé certains villages pratiquement assiégés, les habitants étant contraints d’emprunter de longs chemins détournés pour accéder à des terres proches de chez elles, mais de l’autre côté d’une section revendiquée par les colons.

Dans les cas les plus extrêmes, les villageois ont tellement peur de circuler sur les routes contrôlées par les colons que les militants israéliens des groupes qui tentent de protéger les communautés bédouines – vivant avec eux, marchant avec eux pendant qu’ils rassemblent les troupeaux et documentant les abus – leur apportent de la nourriture et de l’eau. .

Eux aussi deviennent parfois des cibles. Hagar Gefen, 71 ans, a été battue si violemment l’année dernière qu’elle s’est retrouvée à l’hôpital avec des côtes cassées et un poumon perforé.

« Rien ne pouvait me faire arrêter », a déclaré Gefen, une anthropologue dont le sens de l’humour est à la hauteur de son courage. « À moins qu’on ne me coupe les jambes – il faut pouvoir marcher pour être avec les bergers. »

Personne n’a été poursuivi pour cette attaque, et les militants et les Palestiniens disent avoir peu confiance dans les autorités israéliennes en Cisjordanie. L’ONU a déclaré que dans quatre communautés sur cinq, les résidents avaient déposé des plaintes concernant la violence des colons, mais que seulement 6 % étaient au courant d’une suite.

Pour de nombreuses communautés, le déplacement constitue un deuxième bouleversement provoqué par l’État israélien et ses citoyens. La famille d’Al-Zawahri a été forcée de quitter la région du Néguev en 1948 et a erré pendant plusieurs années avant de s’installer dans ses maisons actuelles.

Ils espèrent qu’une fois la guerre terminée, l’État israélien – ou la pression internationale – veillera à ce que ce nouvel exil ne soit pas permanent.

« Nous avons hâte que la guerre se termine, pour essayer de rentrer chez nous », a déclaré Ayoub al-Zawahri, 50 ans. « Nous vivons dans des endroits qui ne nous appartiennent pas ».