Cachemire : Quarante-quatre policiers indiens tués dans un attentat

Partagez cet article

SRINAGAR, Inde (Reuters) – Quarante-quatre policiers indiens ont trouvé la mort jeudi dans un attentat suicide commis au passage de leur car dans la région du Cachemire, ont annoncé les autorités.

L’attentat a été revendiqué par les islamistes de la Jaish-e-Mohamed (Armée de Mohamed) qui disent avoir visé un convoi des forces de police et détruit des dizaines de véhicules.

Le pouvoir indien s’efforce depuis plus de 25 ans de mettre fin à l’insurrection séparatiste au Cachemire, région à majorité musulmane située dans le nord du pays, et accuse le Pakistan de soutenir la rébellion en lui fournissant hommes, équipements et argent, ce qu’Islamabad nie.

Le dernier attentat d’envergure commis au Cachemire remontait à 2016. Il avait coûté la vie à 20 militaires indiens.

Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a condamné cet acte tandis que le gouvernement pakistanais démentait toute implication, avant de condamner tard dans la soirée “les insinuations de certains éléments au sein du gouvernement indien et dans les cercles médiatiques qui tentent de relier cet attentat à l’Etat du Pakistan sans la moindre enquête”, selon un communiqué du ministère pakistanais des Affaires étrangères.

La France a également condamné “avec la plus grande fermeté l’attaque ignoble qui vient de frapper l’Inde”.

“J’appelle chaque État à lutter effectivement contre les réseaux terroristes et leurs canaux de financement et à empêcher les mouvements transfrontaliers de groupes terroristes, comme le Jaish-e-Mohamed qui a revendiqué cette attaque”, dit le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué.

L’attentat commis en 2001 contre le parlement indien et qui a abouti au déploiement de l’armée indienne à la frontière pakistanaise a été imputé à la Jaish-e-Mohamed.

Donner votre avis