19/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Allemagne : Merkel annonce un déconfinement progressif

Merkel

BERLIN (Reuters) – La chancelière allemande Angela Merkel et les dirigeants des Länder sont convenus mercredi d’un assouplissement par étapes des restrictions en vigueur face à l’épidémie de coronavirus, en ajoutant toutefois un « frein de secours » qui permettra de réinstaurer des mesures en cas de flambée des infections.

Alors que des élections sont à l’horizon, Angela Merkel et les ministres-présidents régionaux font face à des pressions croissantes pour programmer un retour à des activités normales après quatre mois de confinement national.

Toutefois, seulement près de 5% de la population a reçu une première injection du vaccin contre le COVID-19, et le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes a recommencé à croître.

« Nous nous trouvons au seuil d’une nouvelle phase de la pandémie dans laquelle nous pouvons entrer non pas imprudemment mais avec un espoir justifié quand même », a déclaré Angela Merkel à la presse en fin de soirée, à l’issue de ce qu’elle a décrit comme des « négociations difficiles ».

Durant la réunion, la chancelière et les dirigeants des Länder sont convenus d’étendre l’intervalle entre l’injection de la première et de la seconde dose du vaccin, afin de pouvoir administrer rapidement une dose à un maximum de personnes.

Ils ont indiqué qu’ils attendaient sous peu la décision d’une commission sanitaire sur l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca chez les personnes âgées de plus de 65 ans, pour « ajuster en fonction » le calendrier de vaccination.

Le choix d’administrer le vaccin d’AstraZeneca seulement aux adultes âgés de 18 ans à 64 ans a engendré une faible utilisation des doses disponibles, ralentissant les efforts de vaccination et poussant le gouvernement à exhorter la semaine dernière la population à accepter une injection.

GRATUITÉ DES TESTS RAPIDES

Le plan de déconfinement progressif adopté mercredi prévoit la possibilité, à compter du 8 mars, d’organiser des rassemblements privés avec cinq personnes de deux foyers différents – un total ne tenant pas compte des enfants âgés de moins de 14 ans. Certains commerces, comme les librairies et les magasins de jardinage, pourront rouvrir.

Les magasins pourront rouvrir dans les régions où moins de 50 contaminations par 100.000 habitants auront été recensées quotidiennement pendant une semaine. Si ce seuil venait à être dépassé à nouveau, des restrictions reviendront en vigueur, avec l’achat en ligne comme unique possibilité.

En cas d’un nombre d’infections supérieur au ratio de 100 par 100.000 habitants pendant trois jours consécutifs, le « frein de secours » sera activé et des mesures sanitaires strictes seront rétablies.

Les restaurants, musées, salles de théâtre et cinémas pourront rouvrir leurs portes, aux personnes munies d’un test de dépistage du coronavirus négatif, dans le cadre d’une phase ultérieure du déconfinement.

L’ultime étape prévoit d’autoriser les rassemblements allant jusqu’à 50 personnes en extérieur, de même que les sports de contact en intérieur.

Par ailleurs, le gouvernement prendra en charge dès le 8 mars les tests rapides pour les personnes asymptomatiques.

Angela Merkel et les dirigeants des Länder ont prévu de se réunir à nouveau le 22 mars pour discuter de la marche à suivre.

Saluée pour sa gestion de la première vague de l’an dernier, Angela Merkel a vu depuis sa cote de popularité chuter. Une récente enquête d’opinion montre que son parti, l’Union chrétienne-démocrate (CDU), a recueilli 34% d’opinion favorable, un plus bas en un an.

Deux élections régionales sont prévues ce mois-ci, avant les élections législatives de septembre qui marqueront le retrait d’Angela Merkel du pouvoir.

S’exprimant à la télévision allemande, le ministre de la Santé a assuré que la campagne de vaccination allait s’accélérer, à condition que l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca chez les plus de 65 ans soit autorisée comme attendu. « Je comprends qu’après quatre, cinq mois de confinement (…), les attentes sont élevées », a dit Jens Spahn.