01/02/2023

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

Sommet de la Ligue arabe : Une réussite et les absents ont toujours tort

Tebboune Bourita

ALGER, Algérie (AP) – Les dirigeants arabes se sont réunis mercredi en Algérie pour le deuxième jour du 31e sommet de la plus grande conférence arabe annuelle, cherchant un terrain d’entente sur plusieurs questions qui divisent la région. La réunion intervient dans un contexte de hausse de l’inflation, de pénuries alimentaires et énergétiques, de sécheresse et de la flambée du coût de la vie au Moyen-Orient et en Afrique.

Les rois, émirs, présidents et premiers ministres discutent de questions épineuses telles que l’établissement de relations diplomatiques entre Israël et quatre pays arabes alors que l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et ses alliés d’extrême droite semblent se diriger vers une victoire électorale.

Les discussions du sommet portent également sur les crises alimentaire et énergétique aggravées par la guerre de la Russie en Ukraine qui a eu des conséquences dévastatrices pour l’Égypte, le Liban et la Tunisie, entre autres pays arabes, qui peinent à importer suffisamment de blé et de carburant pour satisfaire leurs populations.

L’aggravation de la crise est la pire sécheresse depuis plusieurs décennies qui a ravagé des pans entiers de la Somalie, l’un des nouveaux membres de la Ligue arabe, amenant certaines régions du pays au bord de la famine.

La réduction des approvisionnements en céréales a également aggravé la faim qui saisit le Yémen, le pays le plus pauvre du monde arabe, après huit ans de guerre civile. Selon les estimations des Nations Unies, un demi-million d’enfants yéménites souffrent de malnutrition sévère et plus des deux tiers de la population ont besoin d’aide humanitaire.

La guerre en Ukraine a également aggravé la misère du Yémen, car ce pays d’Europe de l’Est fournissait 40 % des céréales du Yémen avant l’invasion russe.

Des informations mercredi en provenance de Turquie selon lesquelles la Russie a accepté de revenir à un accord négocié par la Turquie et l’ONU qui permet l’expédition de millions de tonnes de céréales ukrainiennes à travers la mer Noire, pourraient apporter un certain soulagement aux dirigeants arabes, aux prises avec la flambée des prix des denrées alimentaires et les pénuries d’agrafes de base.

De nombreux pays arabes dépendent presque uniquement des exportations de blé et d’engrais ukrainiens et russes, et le renforcement dimanche par la Russie de son blocus sur les ports ukrainiens de la mer Noire a menacé d’aggraver encore la crise.

Le sommet de la Ligue arabe est également l’occasion pour l’Algérie, le plus grand pays d’Afrique par territoire, de montrer son leadership dans le monde arabe. L’Algérie est un important producteur de pétrole et de gaz et est perçue par les nations européennes comme un fournisseur clé au milieu de la crise énergétique mondiale qui découle de la guerre de la Russie en Ukraine.

L’Algérie, comme d’autres pays arabes, reste farouchement opposée à la série d’accords de normalisation que les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc ont signés avec Israël au cours des trois dernières années et qui ont divisé la région en deux camps. Le Soudan a également accepté d’établir des liens avec Israël.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est engagé mardi dans son discours d’ouverture à déployer des efforts considérables lors du sommet pour tenter de réaffirmer le soutien aux Palestiniens dans leur conflit avec Israël alors que l’attention des communautés arabes et internationales se tourne vers d’autres conflits et crises.

« Notre principale et première cause, la mère de toutes les causes, la question palestinienne, sera au cœur de nos préoccupations et de notre principale priorité », a déclaré Tebboune. Il a fustigé Israël pour son « occupation continue » des territoires palestiniens et « l’expansion de son colonies illégales.

Le mois dernier, l’Algérie a organisé des pourparlers dans le but de mettre fin à la division politique palestinienne et de réconcilier le parti Fatah, dont l’Autorité palestinienne dirige certaines parties de la Cisjordanie occupée, et le groupe militant du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

Le sommet arabe intervient au moment des tensions accrues en Cisjordanie, où l’armée israélienne a mené des raids d’arrestation nocturnes à la recherche de militants palestiniens. Des dizaines de Palestiniens ont été tués ces derniers mois, dont des hommes armés, des adolescents lançant des pierres et des personnes non impliquées dans la violence.

La Ligue arabe, composée de 22 membres, a tenu son dernier sommet en 2019, avant le déclenchement de la pandémie de coronavirus. Une déclaration finale du rassemblement dans la capitale algérienne, Alger, est attendue plus tard mercredi.