Slovaquie: L’avocate anti-corruption Caputova remporte la présidentielle

Partagez cet article

BRATISLAVA (Reuters) – L’avocate et activiste libérale Zuzana Caputova, novice en politique mais portée par un mouvement national de protestation contre la corruption, est la grande favorite du second tour de l’élection présidentielle ce samedi en Slovaquie, une victoire qui marquerait une rupture avec l’émergence des forces populistes en Europe.

Après dépouillement de 38,5% des bulletins de vote, Zuzana Caputova est en tête avec 57,9% des voix contre 42,1% pour son adversaire, Maros Sefcovic, soutenu par le parti du Smer (centre gauche) au pouvoir, montrent les résultats officiels diffusés samedi soir.

Au premier tour, le 16 mars, Caputova, avocate de 45 ans que ses partisans surnomment la “Erin Brockovich de Slovaquie”, a viré en tête avec 40,6% des suffrages, contre 18,7% pour Maros Sefcovic.

Corruption et changement ont été les thèmes majeurs de la campagne de l’entre-deux-tours, un peu plus d’un an après le début d’un mouvement de contestation déclenché par l’assassinat du journaliste Jan Kuciak, qui enquêtait notamment sur des affaires de fraude impliquant des hommes d’affaires liés au monde politique slovaque, et de sa compagne.

La candidate du parti Progressiste, qui ne dispose d’aucun siège au Parlement, a dit vouloir mettre fin au “détournement de l’Etat par des individus tirant les ficelles dans l’ombre à la place des représentants élus”, un discours qui a séduit les jeunes et les électeurs les plus instruits.

Le double assassinat de Jan Kuciak et de sa compagne en février 2018 a provoqué une onde de choc dans le pays et alimenté la colère de l’opinion contre la corruption. La Slovaquie a été le théâtre de manifestations sans précédent depuis la chute du régime communiste fin 1989, et la pression de la rue a conduit à la démission du Premier ministre Robert Fico et de deux de ses ministres.

Aux termes de la Constitution, le président ne peut prendre de décisions au quotidien, mais dispose d’un droit de veto pour la désignation des procureurs et des juges, ce qui est fondamental dans la lutte anti-corruption.

“LA SLOVAQUIE SE RÉVEILLE”

Selon l’unique sondage publié dans l’entre-deux-tours, Caputova est créditée de 60,5% des intentions de vote, et semble donc en passe de devenir la première femme à présider la Slovaquie.

“La Slovaquie se réveille, elle montre une grande volonté de changement et de l’espoir en lien avec (la présidentielle) et les élections suivantes”, a déclaré Caputova lors de l’ultime débat télévisé, faisant référence aux élections européennes de la fin mai et aux élections législatives en Slovaquie en 2020.

Une victoire de Caputova, libérale pro-européenne, marquerait une rupture avec l’émergence des forces populistes en Europe.

“Je ne tiens pas ma victoire pour acquise”, a-t-elle toutefois dit après avoir voté dans sa ville de Pezinok. “Je m’attends à un résultat plus serré qu’il y a quinze jours.”

Tentant de convaincre les électeurs anti-système, Maros Sefcovic, commissaire européen qui a mis en avant son expérience politique et ses relations personnelles avec des dirigeants étrangers, a dit rejeter la politique de quotas d’immigration voulue par l’Union européenne, un système dans lequel “la répartition des migrants serait décidée par quelqu’un d’autre que la Slovaquie”.

“La Slovaquie a besoin de réconciliation et de paix parce que les divisions dans la société détournent notre énergie des questions importantes”, a-t-il dit après avoir voté à Bratislava.

Dans l’entre-deux-tours, il a qualifié d'”ultra-libéral” le soutien de Caputova aux droits à l’avortement et de la communauté LGBT, dans l’espoir de séduire les électeurs les plus conservateurs, ceux qui s’étaient notamment portés au premier tour sur Stefan Harabin, juge à la Cour suprême.

Donner votre avis