28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Rémy Daillet, un théoricien du complot d’extrême droite français, est placé en garde à vue

Daillet

AFP-Rémy Daillet, un théoricien du complot d’extrême droite français, est placé en garde à vue pour avoir planifié des violences et des attaques contre l’Etat, a indiqué jeudi à l’AFP une source proche du dossier.

Daillet, 54 ans, et sa secrétaire – identifiée comme étant Ginette M., 67 ans – ont été placés en garde à vue mardi « pour avoir planifié des attaques contre l’État et d’autres actions violentes », dont une attaque contre une loge maçonnique dans l’est de la France , a déclaré la source.

Daillet aurait également aidé à organiser l’enlèvement d’une fillette de huit ans dans l’est de la France en avril à la demande de sa mère.

Il a été arrêté en juin pour l’enlèvement alors qu’il rentrait en France sur un vol en provenance de Singapour.

Mia Montemaggi a été retrouvée saine et sauve avec sa mère dans un squat d’une usine désaffectée en Suisse, cinq jours après avoir été emmenée du domicile de sa grand-mère dans la région des Vosges orientales par trois hommes se faisant passer pour des agents de protection de l’enfance.

Un juge antiterroriste avait ordonné l’arrestation de Daillet et d’autres dans le cadre d’une enquête sur un groupe obscur connu sous le nom de « Honneur et nation ».

Les 12 suspects sont accusés d’avoir fomenté une série d’attentats, notamment contre des centres de vaccination, une loge maçonnique, des personnalités et des journalistes, selon des sources proches du dossier.

L’équipe avait prévu « une multitude d’actions violentes, visant des sites institutionnels, des centres de vaccination, des antennes 5G… », avait indiqué plus tôt une source proche du dossier.

Une autre source avait déclaré que les suspects avaient « l’idée d’un coup d’État, d’un renversement du gouvernement français ».

Daillet a appelé à l’interdiction des masques faciaux qui, selon lui, étaient « scientifiquement inutiles » dans les vidéos et à la destruction des réseaux 5G.

L’avocat de Daillet, Jean-Christophe Basson-Larbi, a déclaré jeudi que son client n’avait « aucun lien ni avec le groupement ‘Honneur et nation’ ni avec les attentats prévus » ou « les actes de terrorisme néo-nazi ».

« Aucun élément objectif n’indique son implication », a-t-il déclaré, ajoutant que Daillet était un « prisonnier politique ».