Palestine : Trump se dit favorable à une solution à deux Etats

Partagez cet article

NATIONS UNIES (Reuters) – Donald Trump a déclaré mercredi privilégier une solution à deux Etats pour résoudre le conflit israélo-palestinien et compte dévoiler un plan de paix dans les deux à trois mois qui viennent. Jusqu’alors, le président américain se contentait de dire qu’il soutiendrait l’idée d’une solution à deux Etats si les deux camps l’acceptaient.

“J’aime bien une solution à deux Etats. Je pense que c’est ce qui marcherait le mieux (…) C’est ce que je ressens”, a-t-il dit lors d’un entretien aux Nations unies avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

“Mon rêve, ce serait que cela soit fait avant la fin de mon premier mandat” en janvier 2021, a-t-il indiqué quant à un accord de paix. “Je crois vraiment que quelque chose va se passer.”

Donald Trump a ajouté, sans préciser sa pensée, qu’Israël devrait faire quelque chose de positif pour les Palestiniens.

“Je pense que beaucoup de progrès ont été faits. Je pense qu’Israël veut faire quelque chose et aussi que les Palestiniens veulent vraiment faire quelque chose”, a-t-il dit.

Pour Benjamin Netanyahu, un Etat palestinien devra être démilitarisé et devra reconnaître Israël comme l’Etat du peuple juif, des conditions qui, pour les Palestiniens, démontrent que le dirigeant israélien n’est pas vraiment sincère quand il parle de paix.

Les pays arabes alliés de Washington sont de vifs partisans d’une solution à deux Etats.

La reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël, en décembre dernier, a suscité de nombreux doutes sur la capacité de Washington à jouer un rôle de médiateur entre Palestiniens et Israéliens. La décision a provoqué l’indignation des Palestiniens qui boycottent depuis les discussions de paix.

Réagissant aux propos de Donald Trump, Nabil Abou Rdainah, un porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a souligné qu'”une solution à deux Etats, cela veut dire un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale”.

“C’est la seule façon de parvenir à la paix”, a-t-il dit à Ramallah, en Cisjordanie.

Il a ajouté que les Palestiniens voulaient résoudre toutes les grandes questions du conflit israélo-palestinien – notamment les frontières, les colonies juives, les réfugiés, la sécurité et le statut de Jérusalem – “conformément aux résolutions des Nations unies”.

Mahmoud Abbas doit prendre la parole jeudi devant l’assemblée générale de l’Onu.

Donner votre avis