28/11/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

ONU : le gouvernement syrien et l’opposition s’apprêtent à rédiger une charte

syrie

BEYROUTH (AP) – Le gouvernement syrien et l’opposition dans ce pays déchiré par la guerre ont convenu de commencer à rédiger des réformes constitutionnelles, a annoncé dimanche l’envoyé de l’ONU en Syrie, une étape majeure après une interruption de neuf mois de pourparlers et plusieurs rounds infructueux.

L’envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, n’a pas dit ce qui se cache derrière l’accord ni donné de détails sur ce qui va suivre. Les séances de rédaction commencent officiellement lundi.

Pedersen a rencontré dimanche les coprésidents d’un comité qui comprend des personnalités du gouvernement du président Bachar Assad pour le quatrième mandat, ainsi que des exilés et des représentants de la société civile. Les deux se sont réunis pour la première fois pour discuter de la manière de procéder et des plans pour la semaine à venir, a déclaré Pedersen.

Trente représentants répartis entre les deux parties, ainsi que 15 membres de la société civile, rencontreront Pedersen à Genève jusqu’à vendredi.

« J’ai négocié entre les parties pour établir un consensus sur la façon dont nous allons aller de l’avant. Je suis très heureux de dire que nous sommes parvenus à un tel consensus », a déclaré Pedersen aux journalistes, appelant toutes les parties à maintenir l’esprit.

« Mon appel pour les 45 (membres) est que nous travaillions comme nous l’avons convenu et que nous commencions maintenant le processus de rédaction du comité constitutionnel », a-t-il déclaré.

La dernière série de pourparlers s’est terminée en janvier sans progrès. Pedersen a annoncé fin septembre un accord sur la « méthodologie » pour un sixième tour. Il repose sur trois piliers : le respect du règlement intérieur, la soumission de textes de « principes constitutionnels fondamentaux » en amont de la réunion, et des réunions régulières des coprésidents avec lui avant et pendant la réunion.

Le conflit syrien qui dure depuis 10 ans a tué plus de 350 000 personnes et déplacé la moitié des 23 millions d’habitants du pays avant la guerre, dont plus de 5 millions de réfugiés, principalement dans les pays voisins.

Lors d’une conférence de paix syrienne organisée par la Russie en janvier 2018, un accord a été conclu pour former un comité de 150 membres chargé de rédiger une nouvelle constitution.

La feuille de route 2012 des Nations Unies pour la paix en Syrie appelle à la rédaction d’une nouvelle constitution et se termine par des élections supervisées par l’ONU avec tous les Syriens, y compris les membres de la diaspora, éligibles pour participer.

Après l’échec du cinquième cycle de négociations fin janvier, Pedersen a laissé entendre que la délégation du gouvernement syrien était à blâmer pour l’absence de progrès.

Les États-Unis et plusieurs alliés occidentaux ont accusé Assad d’avoir délibérément retardé et retardé la rédaction d’une nouvelle constitution jusqu’après les élections présidentielles pour éviter un vote supervisé par l’ONU, comme demandé par le Conseil de sécurité.

Fin mai, Assad a été réélu dans ce que le gouvernement a appelé un glissement de terrain pour un quatrième mandat de sept ans. L’Occident et son opposition ont qualifié l’élection d’illégitime et d’imposture.

Pedersen a déclaré que la nécessité d’un « véritable dialogue intra-syrien » aurait été discutée récemment par Assad et le président russe Vladimir Poutine à Moscou, « et à travers cela, un véritable processus de réforme politique syrienne ».