05/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

ONU : 2022 sera probablement la plus meurtrière pour les Palestiniens en Cisjordanie

palestiniens blesses

NATIONS UNIES (AP) – L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient a déclaré que 2022 était sur le point d’être l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens en Cisjordanie depuis que l’ONU a commencé à suivre les décès en 2005, et il a appelé à une action immédiate pour calmer « une situation explosive » et bouger vers la reprise des négociations israélo-palestiniennes.

Tor Wennesland a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que « le désespoir, la colère et la tension croissants ont de nouveau éclaté dans un cycle meurtrier de violence qui est de plus en plus difficile à contenir », et « trop ​​de personnes, majoritairement palestiniennes, ont été tuées et blessées ».

Dans une sombre évaluation, le coordinateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient a déclaré que la spirale descendante en Cisjordanie et la situation instable actuelle découlent de décennies de violence qui ont fait des ravages parmi les Israéliens et les Palestiniens, l’absence prolongée de négociations et l’échec résoudre les principaux problèmes qui alimentent le conflit israélo-palestinien.

Wennesland a déclaré que son message aux responsables et factions palestiniens, aux responsables israéliens et à la communauté internationale au cours des dernières semaines était clair : « La priorité immédiate est de travailler pour calmer la situation et inverser les tendances négatives sur le terrain », mais l’objectif doit être « de autonomiser et renforcer l’Autorité palestinienne et construire vers un retour à un processus politique.

Au cours du mois dernier, l’envoyé de l’ONU a déclaré que 32 Palestiniens, dont six enfants, avaient été tués par les forces de sécurité israéliennes et 311 blessés lors de manifestations, d’affrontements, d’opérations de recherche et d’arrestation, d’attaques et d’attaques présumées contre des Israéliens. Deux membres des forces israéliennes ont été tués et 25 civils israéliens ont été blessés par des Palestiniens lors d’attaques à l’arme à feu, d’affrontements, de jets de pierres et de cocktails Molotov et d’autres incidents au cours de la même période, a-t-il déclaré.

Le Wennesland a déclaré que le mois avait vu « un pic de violence mortelle » qui devrait être en 2022 le plus meurtrier de Cisjordanie.

Plus de 125 Palestiniens ont été tués dans les combats israélo-palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est cette année. Les combats ont augmenté depuis qu’une série d’attaques palestiniennes a tué 19 personnes en Israël au printemps. L’armée israélienne affirme que la plupart des Palestiniens tués étaient des militants. Mais des jeunes lanceurs de pierres qui protestaient contre les incursions et d’autres non impliqués dans les affrontements ont également été tués.

Les raids d’arrestation israéliens en cours en Cisjordanie posent un sérieux défi à l’Autorité palestinienne du président palestinien Mahmoud Abbas. Abbas compte sur la coopération sécuritaire avec Israël, en particulier contre ses rivaux militants islamiques, pour rester au pouvoir. Dans le même temps, cette coopération est profondément impopulaire parmi les Palestiniens qui s’irritent contre l’occupation illimitée d’Israël, qui en est maintenant à sa 56e année.

Israël a capturé la Cisjordanie lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967 et y a construit plus de 130 colonies, dont beaucoup ressemblent à de petites villes, avec des immeubles d’habitation, des centres commerciaux et des zones industrielles. Les Palestiniens veulent que la Cisjordanie forme la partie principale de leur futur État. La plupart des pays considèrent les colonies comme une violation du droit international.

Riyad Mansour, l’ambassadeur palestinien à l’ONU, a prononcé vendredi un discours passionné devant le Conseil de sécurité, déclarant : « Notre peuple, nos enfants, nos jeunes sont en train d’être tués, et ils ne mourront pas en vain ».

« Ce qui se passe ensuite est de votre responsabilité », a-t-il déclaré aux membres du conseil. « Nous avons frappé à toutes les portes, recherché toutes les voies menant à la liberté et à la dignité, à la justice et à la réparation, à la paix et à la sécurité partagées. »

Pourtant, Mansour a déclaré que 75 ans après la partition britannique de la Palestine, son peuple attend toujours « son tour pour être libre », et il a accusé Israël « d’essayer de détruire l’État de Palestine ».

L’ambassadeur palestinien a mis au défi le Conseil de sécurité de protéger et de promouvoir la solution à deux États, et il a soulevé une série de questions faisant allusion à la possibilité de nouvelles effusions de sang et à une lutte de plusieurs décennies pour la liberté si nécessaire, et à une éventuelle action en justice à l’International Cour de justice sur l’occupation israélienne.

« Soit nous vivons côte à côte, soit je crains que nous ne mourrions côte à côte », a déclaré Mansour à propos d’Israël. « Aidez-nous à vivre. … Notre peuple ne disparaîtra pas, il ne reniera pas son identité nationale, il n’acceptera pas l’asservissement. Le peuple palestinien sera libre.

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Gilad Erdan, a rétorqué que le message du discours d’Abbas aux dirigeants mondiaux le mois dernier et la déclaration de Mansour vendredi étaient les mêmes : « C’est un message de fausse victimisation, de mensonges d’oppression et de fictions d’agression ».

« Israël est au milieu d’une vague de terreur », a-t-il déclaré au conseil. « Depuis le début de cette année seulement, il y a eu plus de 4 000 attentats terroristes palestiniens perpétrés contre des Israéliens – attentats à la voiture-bélier, jets de pierres, attentats à la bombe, coups de couteau, tirs, roquettes et de nombreux autres actes de violence palestinienne sont devenus une réalité de la vie. pour des millions d’Israéliens.

Erdan a déclaré que « l’Autorité palestinienne pourrait jouer le rôle de victime ici au conseil », mais il a déclaré que dans les rues des villes cisjordaniennes de Jénine et de Naplouse, ils « louaient les terroristes ».

Les dirigeants palestiniens disent vouloir la paix, mais Erdan a déclaré « qu’ils ont toujours refusé de s’asseoir à la table des négociations avec Israël et ont rejeté tous les plans de paix qui leur étaient présentés ».

Lors de l’Assemblée générale le mois dernier, Abbas a lancé une campagne pour devenir membre à part entière des Nations Unies « tout en contournant la table des négociations », a déclaré Erdan. La Palestine est actuellement un État observateur non membre à l’ONU

Erdan a souligné que « la paix ne peut être obtenue que par des négociations directes et des concessions mutuelles – je répète mutuelles ».