Manifestation monstre des algériens qui exigent le départ du “système”

Partagez cet article

ALGER, (Reuters) – Des centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés vendredi dans le centre d’Alger pour exiger le départ du président Abdelaziz Bouteflika et maintenir la pression sur les autorités qui ont proposé lundi une feuille de route pour la transition rejetée par l’opposition.

Il s’agit de la manifestation la plus imposante dans la capitale depuis le début de la contestation le mois dernier.

Vendredi soir, la police a annoncé que 75 manifestants avaient été interpellés et que 11 policiers avaient été blessés en marge des manifestations de la journée à Alger.

Après les prières du vendredi, la foule a envahi les rues et les places. De nombreux manifestants s’étaient drapés dans les couleurs nationales.

La police a bloqué les rues conduisant au siège du gouvernement et au Parlement.

D’autres rassemblements ont eu lieu dans d’autres villes du pays, comme Béjaïa, Oran, Batna et Tizi Ouzou.

Après trois semaines de manifestations sans précédent depuis des décennies, le chef de l’Etat, qui est âgé de 82 ans et a été victime d’un accident vasculaire cérébral en 2013, a renoncé lundi à briguer un cinquième mandat mais reste à la tête de l’exécutif. L’élection présidentielle programmée le 18 avril a été repoussée sine die.

Jeudi soir, Hocine Kheldoun, un responsable du Front de libération nationale (FLN) au pouvoir, a déclaré sur la chaîne Ennahar que le président Bouteflika faisait “maintenant partie de l’Histoire”.

Kheldoun, ancien porte-parole du FLN, a ajouté que le parti devait se tourner vers l’avenir et répondre aux espérances des manifestants.

“Fin de partie. Bouteflika n’a pas d’autre choix que de démissionner maintenant”, a par ailleurs commenté un ancien membre du gouvernement qui a requis l’anonymat.

Les opposants ont dénoncé une demi-mesure, voire un piège, après le retrait de Bouteflika de la présidentielle et le report du scrutin et leur appel à manifester vendredi a été largement entendu.

“Ceux qui pensent que nous sommes fatigués ont tort. Nos protestations ne cesseront pas”, a déclaré l’un des manifestants dans le centre d’Alger, Madjid Benzida, un médecin de 37 ans.

Des enfants étaient venus manifester avec leurs parents. “Je veux un avenir meilleur”, a dit Mohamed Kemime, 10 ans, enveloppé dans le drapeau national.

“Bouteflika et les siens doivent s’en aller aussi vite que possible”, a lancé Yazid Ammari, un étudiant de 23 ans.

L’un des dirigeants religieux les plus influents du pays, Mohamed Abdelkader Haider, a lancé un appel aux manifestants pour qu’ils fassent preuve de patience. “Soyons optimistes, l’Algérie doit surmonter cette crise”, a-t-il dit dans une mosquée de la ville.

Le nouveau Premier ministre algérien Noureddine Bedoui a promis jeudi de former un gouvernement composé notamment d’experts, où les jeunes et les femmes seront représentés, avant l’ouverture d’une conférence nationale sur la réforme de la Constitution.

Donner votre avis