03/03/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

L’Inde accueillera un sommet virtuel de plus de 120 pays en développement

G20 Inde

NEW DELHI (AP) – L’Inde accueillera la semaine prochaine un sommet virtuel de plus de 120 pays en développement pour partager leurs difficultés économiques lors des délibérations de sa présidence du G-20 cette année, a déclaré vendredi un haut responsable du ministère des Affaires étrangères.

Le sommet des 12 et 13 janvier abordera des questions clés telles que l’impact mondial de la pandémie de COVID-19 ; le conflit en cours en Ukraine réduit l’accès et l’abordabilité de la nourriture , des engrais et du carburant ; et la dette croissante et les pressions inflationnistes qui pèsent sur les économies des pays en développement, a déclaré Vinay Kwatra, le plus haut fonctionnaire du ministère indien des Affaires étrangères.

L’Inde s’efforce, a-t-il dit, de fournir une plate-forme commune pour délibérer sur les préoccupations, les intérêts et les priorités des pays en développement et échanger des idées et des solutions à divers problèmes.

« L’Inde s’efforcera de garantir que les précieux apports générés par les pays partenaires soient dûment pris en compte à l’échelle mondiale », a-t-il déclaré.

À la tête du sommet du Groupe des 20 des principaux pays riches et en développement en 2023, l’Inde devrait profiter de l’occasion pour gagner en importance dans la prise de décision mondiale.

Interrogé pour savoir si les rivaux de longue date de l’Inde, la Chine et le Pakistan, participeront au sommet, Kwatra a déclaré aux journalistes que des invitations étaient en cours d’envoi à plus de 120 pays et que son ministère fournirait des noms une fois la participation confirmée.

Il a également rejeté une suggestion selon laquelle « The Voice of Global South Summit » la semaine prochaine implique que l’Inde s’éloigne d’anciennes associations comme le Mouvement des pays non alignés, une coalition composée principalement de pays en développement. L’Inde était un membre fondateur au début des années 1960 du NAM, qui n’était formellement aligné avec ou contre aucun bloc de grande puissance.