01/02/2023

C'est le 1er Novembre

Qu'on n'oublie pas les vrais Chouhadas

Les Palestiniens manifestent, les magasins ferment alors qu’un prisonnier meurt en Israël

RAMALLAH, Cisjordanie (AP) – Des centaines de Palestiniens, dont des dizaines d’hommes armés masqués tirant en l’air, sont descendus dans les rues et fermé des magasins à travers la Cisjordanie occupée pour protester contre la mort d’un vétéran prisonnier en captivité israélienne.

Les factions palestiniennes avaient appelé à la grève générale et exhorté les gens à affronter les troupes israéliennes après la mort de Nasser Abu Hamid d’un cancer du poumon.

Abou Hamid, 50 ans, était un ancien chef de la Brigade des martyrs d’Al Aqsa, la branche armée du parti Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas. Il purgeait plusieurs peines d’emprisonnement à perpétuité depuis 2002 après avoir été reconnu coupable de la mort de sept Israéliens lors de la deuxième Intifada palestinienne, ou du soulèvement contre l’occupation israélienne au début des années 2000.

Les responsables palestiniens avaient appelé à sa libération car sa santé s’était détériorée ces derniers mois.

Les prisonniers détenus par Israël, même ceux condamnés pour des crimes violents, sont largement considérés comme des héros dans la société palestinienne pour avoir résisté à une occupation militaire israélienne qui en est maintenant à sa 55e année. Israël les considère comme des terroristes.

Des centaines de personnes se sont jointes à une marche en l’honneur d’Abou Hamid à Ramallah, le siège du gouvernement d’Abbas. Des manifestants ont hissé des drapeaux palestiniens et des drapeaux jaunes du Fatah, tandis que d’autres tenaient des affiches d’Abou Hamid à côté de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem. Un groupe d’hommes armés vêtus de noir a traversé la ville, tirant en l’air.

Les entreprises de toute la Cisjordanie ont fermé leurs portes pour la journée et de petites manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes de Cisjordanie, ainsi que dans la bande de Gaza.

La mort d’Abu Hamid est survenue alors que l’une des années les plus meurtrières des combats israélo-palestiniens de ces dernières décennies touche à sa fin, les perspectives de négocier une solution à deux États et de mettre fin au régime militaire illimité d’Israël sur les Palestiniens devenant de plus en plus éloignées. Aucun affrontement sérieux n’a été signalé mardi.

Le service pénitentiaire israélien a confirmé la mort d’Abu Hamid. Il a dit qu’il était en phase terminale et hospitalisé un jour plus tôt. Le service a ajouté que « comme dans tous les cas de ce genre, l’incident fera l’objet d’une enquête ».

Le Club des prisonniers palestiniens, un groupe représentant d’anciens et d’actuels prisonniers, a déclaré qu’environ 4 700 Palestiniens sont emprisonnés par Israël pour des infractions à la sécurité et pour entrée illégale en Israël. Il a déclaré qu’Abu Hamid avait reçu un diagnostic de cancer en août 2021.

Les responsables palestiniens ont blâmé Israël pour la mort d’Abu Hamid. Le Premier ministre Mohammed Shtayyeh a accusé Israël de « négligence médicale délibérée ».

Le groupe militant Hamas, qui dirige la bande de Gaza, a appelé à « une véritable escalade dans les prisons d’occupation » en réponse à sa mort.

Le service pénitentiaire a déclaré qu’Abou Hamid avait reçu « un traitement étroit et régulier » par le personnel médical de la prison et de l’extérieur depuis son diagnostic.