29/02/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Les États indiens détruisent les maisons des musulmans en guise de punition, selon un rapport d’Amnesty

Les autorités indiennes ont ciblé les maisons, les entreprises et les lieux de culte des musulmans à l’aide de bulldozers , a déclaré Amnesty International dans deux nouveaux rapports.

Ce pays à majorité hindoue est témoin d’une tendance croissante à ce que l’on appelle une « justice au bulldozer » visant à punir les militants issus de groupes minoritaires, principalement musulmans, a déclaré l’organisation de défense des droits, qui appelle à mettre fin aux démolitions généralisées et « illégales ». .

Cela arrive à un moment où l’administration de Narendra Modi a été accusée de piétiner les droits humains des minorités et de militariser la discrimination religieuse, a déclaré l’organisation à but non lucratif.

Les autorités ont utilisé des bulldozers pour détruire les propriétés des dissidents et des manifestants à New Delhi et dans l’État voisin de l’Uttar Pradesh , selon les exemples cités par le rapport. L’objectif de cette « justice au bulldozer » était de détruire les magasins appartenant à des musulmans, a déclaré l’organisation internationale de défense des droits humains qui a enquêté sur 62 des 128 démolitions documentées dans cinq États indiens entre avril et mai 2022.

Les gouvernements locaux de Delhi et de l’Uttar Pradesh n’ont pas encore répondu au rapport d’Amnesty. The Independent a contacté les représentants des deux gouvernements pour obtenir leurs commentaires.

Amnesty a déclaré que les propriétés musulmanes étaient « ciblées de manière discriminatoire » sans aucune procédure régulière.

Cela a conduit à l’expulsion forcée d’environ 600 musulmans de leurs résidences, dans un contexte de sanctions collectives et arbitraires et d’autres violations des droits de plus de 600 personnes, selon le rapport.

Ces démolitions par des responsables continuent d’être une « politique d’État de facto et une forme de sanctions extrajudiciaires dans divers États de l’Inde » , a déclaré l’organisation de défense des droits humains, ajoutant qu’elle estime que cela « détruit des familles et doit cesser immédiatement ».

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, a qualifié l’attaque contre des propriétés musulmanes de « cruelle et épouvantable ».

« De tels déplacements et dépossessions sont profondément injustes, illégaux et discriminatoires », a-t-elle déclaré.

Le plus haut responsable des droits de l’homme a demandé à l’Inde de remédier de toute urgence à ces violations des droits de l’homme. « Les autorités ont porté atteinte à l’État de droit à plusieurs reprises, détruisant des habitations, des entreprises ou des lieux de culte, par le biais de campagnes ciblées de haine, de harcèlement, de violence et de militarisation des bulldozers JCB. »

Dans le cadre de deux rapports distincts, des responsables d’Amnesty se sont entretenus avec les familles touchées dans les États du Madhya Pradesh, du Gujarat, de Delhi, de l’Assam et de l’Uttar Pradesh.

Si des machines JCB ont été aperçues sur des photographies et des vidéos de ces démolitions, il est impossible de savoir si c’est exclusivement cette marque qui a été utilisée dans les opérations de démolition. Rien ne permet de penser que JCB ait connaissance de l’utilisation de ses bulldozers pour ces démolitions.

JCB avait précédemment déclaré à The Independent : « JCB fournit ses produits principalement via des revendeurs tiers en Inde. Une fois que les produits JCB sont entre les mains du revendeur tiers ou sur le marché de l’occasion, JCB n’a plus aucun contrôle sur les produits et ne peut pas dicter à qui ils peuvent ensuite être vendus ou utilisés. En tant qu’organisation, JCB ne tolère aucune forme de violation des droits de l’homme et nous avons l’habitude de fournir un soutien urgent et substantiel en réponse aux catastrophes naturelles dans le monde.

Au moins 617 personnes, dont des hommes, des femmes, des enfants et des personnes âgées, se sont retrouvées sans abri ou privées de leurs moyens de subsistance, selon l’enquête. « Ces personnes ont été soumises à des expulsions forcées, à des intimidations et à la force illégale de la part de la police, ainsi qu’à des sanctions collectives et arbitraires, qui ont porté atteinte à leurs droits à la non-discrimination, à un logement convenable et à un procès équitable », indique le communiqué.

Les policiers ont eu recours à la force illégale dans au moins 39 cas lorsqu’ils ont procédé à des démolitions ou empêché les victimes de récupérer leurs affaires.

« Au moins 14 habitants ont déclaré avoir été battus par la police pour avoir présenté leurs documents officiels et demandé pourquoi leur maison était démolie. La police a injurié les habitants, a ouvert les portes à coups de pied et a traîné les gens hors de chez eux avant de les frapper avec des lathis [matraques]. Des hommes et des femmes ont été immobilisés et détenus dans des véhicules de police », a révélé l’enquête.

Les autorités ont également choisi des localités à forte concentration musulmane pour les démolir, tandis que les propriétés appartenant à des musulmans ont été ciblées de manière sélective dans diverses zones, a révélé l’enquête. Les propriétés hindoues à proximité, en particulier dans les États du Gujarat et du Madhya Pradesh, dirigés par le parti au pouvoir de M. Modi, n’ont pas été touchées, a-t-il ajouté.

Ce n’est pas la première fois qu’Amnesty International signale des préoccupations en matière de droits humains en Inde.

Sous M. Modi, l’Inde a été témoin de « la violence croissante contre les minorités religieuses, du rétrécissement de l’espace de la société civile et de la criminalisation de la dissidence », alors qu’il présidait une « période de détérioration rapide de la protection des droits de l’homme », avait-elle déclaré en juin de l’année dernière lors de la Visite d’État du Premier ministre indien aux États-Unis.

Connu pour représenter 14 pour cent des 1,4 milliard d’habitants de l’Inde, les musulmans ont été pris pour cible pour leur nourriture ou leurs vêtements, ou à cause de mariages interreligieux. Amnesty International et Human Rights Watch ont accusé le parti de M. Modi de détourner le regard et de permettre parfois des discours de haine contre les musulmans. Le parti de M. Modi nie ces accusations.