20/09/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

Le président tunisien rencontre des chefs de l’armée, l’opposition renouvelle le rejet de ses récentes décisions

KAIS SAIED

La présidence tunisienne a annoncé aujourd’hui, mercredi, que le président Kais Saied tenait une réunion avec les chefs de l’armée, et les blocs parlementaires ont renouvelé leur rejet du “coup d’Etat”. Alors que la France exige la nomination rapide d’un nouveau Premier ministre, des positions arabes et occidentales sont émises concernant la crise politique.

Au cours des dernières heures, la crise politique provoquée par la suspension du Parlement par le président, la destitution du gouvernement et l’annonce de son accession personnelle au pouvoir exécutif et au poste de procureur général, s’est intensifiée.

La présidence de la République tunisienne a déclaré que le président tunisien tenait actuellement une réunion des membres du Conseil suprême des armées et des hauts responsables de la sécurité au palais de Carthage dans la capitale, Tunis.

La rencontre avec les chefs de l’armée intervient après qu’un arrêté présidentiel a été émis pour mettre fin aux fonctions de plusieurs responsables, dont Al-Muizz Lidin Allah Al-Muqaddam, directeur de cabinet du Premier ministre limogé Hisham Al-Mashishi, le secrétaire général de la Gouvernement Walid Al-Dhahabi, et tous les conseillers du Premier ministre limogé, à savoir : Rashad bin Ramadan, Salim Al-Tisawi, Mufdi Al-Masdi, et le chef de la Commission générale des martyrs et blessés de la révolution et terroriste opérations Abdul Razzaq Al-Kilani.

Auparavant, le président tunisien avait déclaré que les mesures qu’il avait prises étaient temporaires et qu’elles étaient dues à l’aggravation de la crise, comme il l’a décrite.

Lors d’une réunion avec des organisations syndicales et civiles, Saeed a souligné que les libertés ne seront pas affectées.Cependant, les courants politiques les plus représentés au Parlement voient dans ce qui s’est passé un « coup d’État » contre la constitution et la révolution, et exigent que le président Saeed revienne sur les mesures exceptionnelles.

La plupart des blocs parlementaires s’opposaient aux décisions exceptionnelles du Président de la République, car “Ennahda” (53 députés sur 217) la considérait comme un “coup”, et le bloc “Cœur de Tunisie” (29 députés) la considérait comme une grave violation de la constitution, et le bloc “Courant Démocratique” (22 députés) l’a rejeté. En conséquence, le bloc “Coalition Dignité” (18 sièges) l’a qualifié d’invalide, tandis que le Mouvement Populaire l’a soutenu (15 députés).

Le président du Parlement tunisien, Rached Ghannouchi, a déclaré que les choses ne présageaient rien de bon au deuxième jour de ce qu’il a appelé la “nouvelle ère”.

Ghannouchi – qui dirige le mouvement Ennahda – a ajouté que le parlement a été fermé par un tank, et les bureaux d’un certain nombre de télévisions et de médias ont été confisqués, et qu’il espérait que le président arrêterait ce qu’il a appelé “la voie de la détérioration vers la dictature constitutionnelle”. ” Il a dit que la dictature ne produit pas de remède, mais c’est plutôt le plus grand danger.

Il a souligné qu’il ne voit pas que la cible est un parti, Ennahda, mais plutôt le système démocratique qui garantit la séparation des pouvoirs. Par conséquent, le mouvement a rejeté les actions du président Kais Saied, et la plupart de l’arène politique refuse de sacrifier la démocratie.

Quant à l’ancien ministre de la Défense et chef du parti “Secrétariat national”, Mohamed Sabo, il a accusé les pays de la région d’être à l’origine de la perturbation du parlement tunisien et de combattre ses symboles comme son président, Ghannouchi.

Il a déclaré que les mains et l’argent d’un État du Golfe – qu’il a qualifié de dictature – étaient à l’origine des tentatives de déstabilisation de la Jordanie il y a environ deux mois, et ont également financé le coup d’État en Égypte contre l’ancien président Mohamed Morsi, et c’est la même chose que travaille aujourd’hui à détruire la démocratie tunisienne.