29/05/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le Mexique refuse d’imposer des sanctions économiques à la Russie

President Mexique 2022

MEXICO CITY (Reuters) – Le Mexique n’imposera aucune sanction économique à la Russie pour avoir envahi l’Ukraine, a déclaré mardi le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador.

Il a également critiqué ce qu’il a appelé la censure des médias russes parrainés par l’État par les sociétés de médias sociaux.

« Nous n’allons prendre aucune sorte de représailles économiques parce que nous voulons avoir de bonnes relations avec tous les gouvernements du monde », a déclaré Lopez Obrador lors d’une conférence de presse.

La position de Lopez Obrador contraste avec les sanctions internationales imposées à la Russie pour les actions du président Vladimir Poutine.

La Russie a noué des liens étroits avec divers gouvernements d’Amérique latine, en particulier les administrations autoritaires de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua, mais ses liens avec le Mexique semblent limités en raison des solides relations américano-mexicaines.

Les économies mexicaine et américaine sont profondément imbriquées. Mais le dirigeant de gauche Lopez Obrador a parfois eu des relations difficiles avec les États-Unis et a critiqué la politique étrangère américaine.

Les commentaires de Lopez Obrador sont venus en réponse à une question sur l’intérêt pour le Mexique du deuxième producteur de pétrole russe Lukoil et de la compagnie aérienne russe Aeroflot.

Lukoil a annoncé vendredi avoir finalisé l’acquisition d’une participation de 50% dans un projet pétrolier offshore au Mexique, dans le cadre de sa volonté d’étendre sa portée mondiale.

Le président mexicain a également critiqué ce qu’il a qualifié de censure des médias d’État russes.

« Je ne suis pas d’accord avec le fait que les médias de Russie ou de n’importe quel pays soient censurés », a déclaré Lopez Obrador.

Google d’Alphabet Inc a interdit au média public russe RT et à d’autres chaînes de recevoir de l’argent pour des publicités sur leurs sites Web, applications et vidéos YouTube, à l’instar d’une décision de Facebook après l’invasion de l’Ukraine.