15/06/2024

Algérie24.net

Les News en toute liberté sans buzz

Le conflit qui dure depuis des mois au Soudan a déplacé plus de 4 millions de personnes, selon un responsable de l’ONU

généraux Soudanais

LE CAIRE (AP) – L’escalade du conflit au Soudan a chassé plus de 4 millions de personnes de leurs maisons, dont plus de 884 000 qui ont fui vers les pays voisins, a déclaré mardi un responsable de l’ONU.

Les combats ont également déclenché des épidémies et une augmentation de la malnutrition, selon William Spindler, porte-parole de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés. De la mi-mai à la mi-juillet, le HCR a enregistré plus de 300 décès dus à la rougeole et à la malnutrition, principalement chez les enfants de moins de 5 ans, a déclaré Spindler, s’adressant à des journalistes à Genève.

Ses remarques interviennent alors que les affrontements entre l’armée soudanaise et sa force paramilitaire rivale s’intensifient dans la partie orientale de la capitale, Khartoum, et dans la ville voisine d’Omdurman.

Le Soudan a été plongé dans le chaos en avril lorsque des tensions latentes entre l’armée, dirigée par Abdel Fattah Burhan, et les Forces de soutien rapide paramilitaires, commandées par Mohammed Hamdan Dagalo, ont explosé en combats ouverts à Khartoum et ailleurs.

“Les pénuries chroniques de personnel de santé, ainsi que les attaques contre le personnel signalées par l’Organisation mondiale de la santé, ont considérablement compromis la qualité des soins de santé à travers le pays”, a déclaré Spindler.

Mardi, Nabil Abdallah, le principal porte-parole de l’armée, a déclaré que les forces de l’armée avaient tué et blessé des centaines de combattants des RSF dans le cadre d’opérations en cours à Omdurman. La RSF n’a pas reconnu ces pertes et a plutôt déclaré que ses combattants avaient tué des dizaines de soldats de l’armée dans des combats de rue là-bas. L’Associated Press n’a pas pu vérifier l’une ou l’autre des affirmations.

Les forces rivales avaient ordonné aux civils d’évacuer le quartier riverain d’Abou Zouf à Omdurman en raison de l’intensification des combats, selon les Comités de résistance soudanais, un réseau pro-démocratie.

L’hôpital Al-Nou d’Omdurman – où de nombreux blessés sont soignés – manque de chirurgiens, de réserves de sang et de réservoirs d’oxygène, a déclaré mardi l’Union des médecins soudanais.

En juin, le gouvernement a déclaré que plus de 3 000 personnes avaient été tuées dans le conflit au Soudan jusqu’à présent, mais n’a publié aucune donnée depuis lors. Les militants et les médecins disent que le nombre réel de morts est probablement beaucoup plus élevé.

Les combats ont réduit Khartoum à un champ de bataille urbain où de nombreux habitants vivent sans eau ni électricité. Dans la région occidentale du Darfour, les combats se sont transformés en violence ethnique, les RSF et les milices arabes alliées ciblant les communautés ethniques africaines.

Amnesty International a accusé les deux camps d’avoir commis des crimes de guerre et le procureur de la Cour pénale internationale a annoncé le mois dernier une enquête sur des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité présumés lors des derniers combats au Darfour.

Alors que la saison des pluies est en cours au Soudan, M. Spindler a déclaré que le HCR s’attend à une recrudescence du choléra et du paludisme dans les mois à venir. L’automne dernier, des inondations ont tué des dizaines de personnes à travers le pays.