26/10/2021

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La Russie menace d’interdire YouTube pour avoir supprimé des chaînes RT à cause de la désinformation sur Coronavirus

Souche Covid19 Royaume UNi

Le Kremlin a menacé mercredi d’interdire YouTube à moins qu’il ne rétablisse deux des chaînes de langue allemande du diffuseur soutenu par l’État russe RT qui ont été supprimées pour avoir enfreint les directives de désinformation sur COVID-19.

Pourquoi c’est important : la menace est le dernier exemple de responsables russes qui se sont donné beaucoup de mal pour affirmer un plus grand contrôle sur Internet. Les chaînes ont été supprimées par YouTube mardi, un jour avant que le géant de la vidéo en ligne n’annonce qu’il mettrait fin aux chaînes diffusant de la désinformation sur les vaccins.

Restez au courant des dernières tendances du marché et des informations économiques avec Axios Markets. Abonnez-vous gratuitement

Le président Vladimir Poutine a placé sous son contrôle les réseaux de télévision indépendants russes peu après son entrée en fonction en 2000. Mais YouTube a jusqu’à présent échappé à son étranglement – ​​malgré le fait que la plate-forme soit populaire auprès des Russes de moins de 30 ans et des critiques de Poutine, a déclaré le journaliste moscovite Andrei Loshak à Axios .

Conduire l’actualité : le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a déclaré mercredi aux journalistes que les agences de régulation du pays enquêtaient sur d’éventuelles « violations dans les actions de la plate-forme en relation avec les chaînes RT », selon l’ agence de presse russe Tass .

Lorsqu’on lui a demandé si les actions de YouTube représentaient un cas extrême qui pourrait conduire à l’interdiction de l’entreprise, Peskov a répondu que « toute violation de la loi est un cas extrême » et « il devrait y avoir une tolérance zéro » si les autorités se prononcent contre l’entreprise.

Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les autorités prendraient « des mesures de représailles contre YouTube et les médias allemands » pour la « censure », selon Tass .

Un tribunal de Moscou a infligé une amende distincte au propriétaire de YouTube, Google, de 6,5 millions de roubles (89 000 $) plus tard mercredi pour « avoir omis de supprimer du contenu que Moscou juge illégal », note Reuters .

Ce qu’ils disent : Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière allemande sortante Angela Merkel, a déclaré que le gouvernement allemand n’avait « rien à voir avec » la décision de YouTube et « a mis en garde Moscou contre d’éventuelles représailles contre les médias allemands en Russie », rapporte le Guardian .