04/10/2022

Algérie24 :

Les news algériennes et internationales

La police libyenne arrête des dizaines de migrants dans le cadre d’une nouvelle répression

parlement libye

LE CAIRE (AP) – Les autorités de l’ouest de la Libye ont déclaré avoir arrêté des dizaines de migrants lundi dans la capitale Tripoli, lors de la dernière répression contre les migrants dans le pays en proie au conflit.

Les forces de sécurité ont effectué des descentes dans les habitations de migrants dans le quartier de la route de l’aéroport de Tripoli et ont arrêté « de nombreux » migrants, selon un communiqué de la police.

Le communiqué ne précise pas le nombre de migrants détenus, mais des images jointes montrent plusieurs dizaines de migrants assis par terre dans une zone dégagée entourée de forces armées en uniforme.

Il a déclaré que les raids de lundi matin étaient intervenus en réponse à une augmentation des crimes dans la région, notamment la prostitution, le vol et le trafic de drogue. La déclaration a blâmé les migrants pour les crimes présumés sans offrir de preuves à l’appui de l’allégation.

Le communiqué indique que des mesures légales ont été prises contre les migrants sans préciser de quel type de mesures il s’agit. Les migrants ont probablement été emmenés dans des centres de détention à Tripoli – des lieux qui, selon les militants des droits de l’homme, sont en proie à des abus et où les migrants sont détenus dans des conditions misérables.

Un porte-parole du gouvernement basé à Tripoli n’a pas répondu aux appels demandant des commentaires.

Les raids étaient les derniers d’une répression en cours contre les migrants en Libye. Le pays est devenu ces dernières années le principal point de transit pour les migrants fuyant la guerre et la pauvreté en Afrique et au Moyen-Orient et essayant d’atteindre l’Europe.

Au cours du week-end, un véhicule a renversé deux migrants travaillant comme éboueurs dans le secteur de Airport Road. Les migrants, qui travaillaient pour les services publics de Tripoli gérés par le gouvernement, sont décédés et ont été enterrés dimanche lors d’un enterrement auquel ont assisté des dizaines d’autres migrants, selon Tarik Lamloum, un militant libyen travaillant avec l’Organisation Belaady pour les droits de l’homme.

Il a déclaré que la répression de lundi était une « dissimulation » pour le meurtre des deux migrants au cours du week-end. Il a déclaré qu’un Libyen les avait frappés avec son véhicule et s’était enfui et avait appelé les autorités à ouvrir une enquête et à retrouver le suspect.

« Les raids sont une campagne de propagande », a déclaré Lamloum. « La plupart des migrants dans la région sont des travailleurs dans des ateliers et des fermes, pas des criminels comme on dit. »

L’année dernière, les forces de sécuritédétenu plus de 5 000 migrants, dont de nombreuses femmes et enfants, dans une section de Tripoli dans ce que les autorités ont décrit comme une campagne de sécurité contre la migration illégale et le trafic de drogue.

L’ONU a dénoncé la répression, qui impliquait le harcèlement des migrants chez eux, des coups et des coups de feu.

La Libye a plongé dans le chaos à la suite d’un soulèvement soutenu par l’OTAN qui a renversé et tué l’autocrate de longue date Mouammar Kadhafi en 2011.

Les trafiquants ont exploité le chaos et embarquent souvent des familles désespérées dans des bateaux en caoutchouc ou en bois mal équipés qui calent et sombrent le long de la périlleuse route de la Méditerranée centrale.

Des milliers de personnes se sont noyées en cours de route. D’autres ont été interceptés et renvoyés en Libye. Ceux qui sont renvoyés à terre ont été emmenés dans des centres de détention gérés par le gouvernement, où ils sont souvent maltraités et extorqués contre rançon sous le nez même des responsables de l’ONU.